23 octobre 2017
Bonne fête Jean de Capistran

Site mis à jour le
22 octobre 2017

Plan du site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez pour imprimer cette page

AUDIARD-DARD !

Mis à jour le 21 mars 2015

Résultat de recherche d'images pour

AUDIARD-DARD

Résultat de recherche d'images pour

Tu veux briller devant tes potes, alors voici  quelques réparties qui devraient susciter l’intérêt des autres…

N'éveillez pas le con qui dort, c'est toujours ça de pris. ( Frédéric Dard )

Un intellectuel assis va moins loin qu'un con qui marche (Michel Audiard, )

Les cons, ça ose tout et c'est même à ça qu'on les reconnaît ! (Michel Audiard)

Traiter son prochain de con n'est pas un outrage, mais un diagnostic. (Frédéric Dard)

Ce sont toujours les cons qui l'emportent. Question de surnombre. (Frédéric Dard)


Je ne parle pas aux cons, ça les instruits (Michel Audiard)

Si les cons n'existaient pas, il ne faudrait surtout pas les inventer. (Frédéric Dard)

Un con, ça ne se définit pas, il faut donner des exemples. (Michel Audiard)



On est toujours le con de quelqu'un. Le tout est de ne pas être celui de tout le monde.

 

Il ne faut pas prendre les gens pour des cons, il y a assez de cons qu'on prend pour des gens.( Guy Bedos ) 

"L'échec, c'est la réussite du con." (Frédéric Dard)

"Quand on mettra les cons sur orbite, t'as pas fini de tourner." (Michel Audiard)

"Il arrive à un con d'avancer, mais toujours à reculons." (Frédéric Dard)

"Rien n'est plus voluptueux pour un pas con que d'être pris pour un con par un con." (Frédéric Dard)

"Il y aurait plusieurs façons d'être con, mais le con choisit toujours la pire." (Frédéric Dard)

"Comment font tous les cons pour vivre en bonne intelligence ?"(Frédéric Dard)

Si tu es athée c'est que tu es de mauvaise foi. (Les pensées de San-Antonio, Frédéric Dard)

Un marchand de tableaux est un voleur inscrit au registre de commerce. Michel Audiard

Un intellectuel assis va moins loin qu'un con qui marche. Michel Audiard

Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît. Michel Audiard

Je suis ancien combattant, militant socialiste et bistrot. C'est dire si dans ma vie j'ai entendu des conneries. Michel Audiard

Heureux soient les fêlés, car ils laissent passer la lumière. Michel Audiard.

Il y a un mariage qui rend un homme heureux, c'est celui de sa fille. Michel Audiard

Le piano, c'est l'accordéon du riche. Michel Audiard

La justice, c'est comme la Sainte Vierge, si on ne la voit pas de temps en temps, le doute s'installe. Michel Audiard

Si la connerie n’est pas remboursée par les assurances sociales, vous finirez sur la paille

 

Il aimerait créer une arme anti-cons

 

<img alt="humeur d'humour sur la connerie en images... « La sagesse se divise mais la connerie se multiplie...!! " "="" class="article_image_center tagImageSkyrock skyrockData_6_MediaNumber" data-cke-saved-src="http://auto.img.v4.skyrock.net/6154/16906154/pics/3094478431_1_13_85noPJVy.jpg" src="http://auto.img.v4.skyrock.net/6154/16906154/pics/3094478431_1_13_85noPJVy.jpg">

PENSÉE, SUPER MEC !

Le roman de renart (XIIème- XIIIème siècle)

Source : Jean-François POISSON-GUEFFIER
Paris III Sorbonne Nouvelle - Master 2 2012

« Comment Renart parfit le con », se donne comme la continuation du fabliau du Con qui fu fait a la besche. Le récit nous apprend comment un Dieu oublieux et distrait, n'ayant pas pourvu la femme d'un sexe, a confié cette tâche au diable, qui s'y est attelé avec une bêche. Le système symbolique figure Dieu comme un créateur imparfait, secondé par le diable. Le récit renardien reprend cette dualité, le Roi Connin, personnage hapax dans le Roman de Renart incarnant le rôle de Dieu, Renart celui du diable adjuvant ; à l'action de faire succède de surcroît celle de parfaire : « Fait avez le comancement / Dou con, mes plus i a a faire / Encore, einçois que ce ne paire », v. 436-438. Le gouffre féminin est comparé à un « abismes » (v. 449), selon une qualification topique pour désigner l'ampleur incommensurable du désir féminin.

Les adjonctions proposées par Renart pour amender l'oeuvre de Connin lient le sexe féminin et le texte renardien. Les mutilations pratiquées à l'encontre du cerf, du coq et du loup fournissent respectivement le périnée, le clitoris et la toison pubienne :

Mes bien saichiez qui pranderoit

Une creste de coc vermoille

Si l'atachast en celle roille 456

Que vos avez ileques mise,

Qui le con et le cul devise

Un poi estoperoit l'entree.

 

« Con » est un mot de la langue française, devenu vulgaire et péjoratif. Il désignait à l’origine le sexe de la femme : Région du corps féminin où aboutissent l'urètre et la vulve.

Désormais, c'est une insulte dont le sens varie en fondtion des situations. Il peut signifier stupide, naïf, idiot, malade cérébralement ou désagréable, tout comme ses dérivés connard et connasse.

Jusqu'à la fin du XIXème siècle, le dérivé "déconner" signifie : se retirer !

Une connasse est une prostituée opportune ou de mauvaise condition, jusqu'au XXe siècle.

*Les patronymes « Conne », « Connard », « Connart » et variantes n'ont aucun rapport étymologique avec le mot « con » : en Europe continentale, ils proviennent du germanique con(hardt) signifiant « brave et dur » (à rapprocher du néerlandais koen, « courageux » et de l'anglais hard, « dur »). Chez les personnes d’origine irlandaise, Connard et Connart sont des dérivés de Connacht.
 
AVOIR-UNE-TETE-DE-NOEUD-Dur-dur.jpg
 
Il aimait aussi
 
 
 

Page précédente Page suivante