23 octobre 2017
Bonne fête Jean de Capistran

Site mis à jour le
22 octobre 2017

Plan du site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Droits de l'Homme

DANGER

Mis à jour le 26 février 2014

Beaucoup d'images sont des liens vers des surprises... ou des alarmes Voir Glutamate (new)

 Merde2

La merde est dans nos villes comme dans nos assiettes !

ADDITIFS dans les produits de consommation courante :

A conserver et à appliquer si possible, il en va de votre santé et de celle de votre famille.

Centre National de Recherche contre le Cancer - Pavillon 0
Tous le additifs ci-après sont actuellement autorisés en France, mais doivent être indiqués.
Freinez l'utilisation de ces additifs en sélectionnant les produits que vous achetez (c'est le consommateur qui conditionne les options des fabricants)
PENSEZ A VOS ENFANTS
Reproduisez ce document, distribuez le autour de vous, affichez-le et surtout utilisez-le.
Il y va de votre santé.

 


Distribué par l'hôpital de Villejuif


INOFFENSIFS :
r 100 - 101- 103 - 104 - 105 - 111- 121- 122 - 132 - 140 - 151- 160 - 161- 162 170 - 174 - 175 - 180 - 200 -201 -202 - 236 - 237 -
239 -260 -261 -262 - 263 -270 -282 - 290 -293 - 300 - 302 - 304 - 305 - 306 - 307 - 308 - 309 - 322 -325 - 326 - 327 -331 - 332 - 334 - 335 - 336 - 337 - 400 - 401 - 403 - 404 - 405 - 406 - 408 - 410 -411 - 413 - 414 -420 - 421 - 422 - 440 - 470 - 471- 472 - 473 - 474 - 475·


SUSPECTS (étude en cours)
125 - 131- 141- 142 - 150 - 153 - 171- 172 - 210 - 213 - 215 - 216 - 217 - 231 - 232 -
241 - 338 - .340 - 341 - 460 - 462 - 463 - 465 - 466 - 477 .


TOXIQUES - CANCERIGENES
102 - 110- 120 - 123 - 124 - 127- 211- 220
- 225 - 230 - 250 - 251 - 252 - 311 - 330


Les plus dangereux :

- 407 - 450.


SYMPTOMES ADDITIFS
Perturbations intestins E 221 - 222 - 223 - 224 - 226
Derme (peau) E 220 - -231 - 232 - 233
Perturbations digestion E 330 - 339 - 340 - 341 - 400 - 461 - 463 - 466 - 467
Calculs rénaux E 447

Produits dangereux E 102 -110 -120 -124- 127
Destruction vitamine B12 E 200
Accidents vasculaires E 230 - 251 - 252 (dans la charcuterie)
Cholestérol E 320 - 321
Sensibilité cutanée E 311- 312
Aphtes E 330
Digestion E 407 (crème glacées)

Produits cancérigènes E 131 - 142 - 210 - 212 - 213 - 214
A EVITER
Bonbons « La PIE QUI CHANTE » - pastis DUVAL- PICON - MARTINI - COCACOLA
A FUIR
BANGA - Canada DRY - SCHWEPPES - Fromage LA VACHE QUI RIT - Moutarde AMORA -
Certaines limonades et tous les produits qui contiennent l'additif E 330

smiley docteur6 

Le glutamate   monosodique (MSG, MSG, E 621) est l’un des additifs chimiques les plus utilisés dans l’industrie agro-alimentaire car il présente l’avantage d’être à la fois peu coûteux et très efficace pour renforcer la saveur des aliments. Découvert au Japon en 1908 dans l’algue kombu, il est particulièrement utilisé dans la cuisine asiatique qui consomme à elle seule près de 80 % de la production mondiale de cet exhausteur de goût (1 500 000 tonnes par an).

Depuis les années soixante, les dangers du glutamate sont connus sous le nom de « syndrome du restaurant chinois », les personnes rapportant des symptômes gênants ayant généralement mangé dans un établissement asiatique au préalable. Il s’agit la plupart du temps de sensations de brûlure, de picotement ou d’engourdissement, de difficulté à respirer, de transpiration excessive et de nausées.

Des études ont depuis démontré que le glutamate monosodique était une excitotoxine, c’est-à-dire une substance chimique ayant la propriété de stimuler et de provoquer la mort des neurones. Les experts estiment que ces excitotoxines sont susceptibles d’aggraver de nombreux troubles neurologiques comme les maladies d’Alzheimer et de Parkinson. De récents travaux suggèrent à présent que le glutamate et d’autres excitotoxines comme l’aspartame (E 951) amplifient les symptômes de fibromyalgie et du syndrome du côlon irritable.

Des chercheurs de l’Oregon Health & Science University ont suivi 57 personnes atteintes de ces deux troubles. En éliminant pendant quatre semaines les aliments contenant des excitotoxines, 84 % des participants ont rapporté une rémission de plus de 30 % de leurs symptômes. Ils ont ensuite été répartis dans deux groupes recevant à l’aveugle, pendant 2 semaines, des produits à base de glutamate ou un placebo. Résultats : à la différence du placebo, la réintroduction du glutamate s’est accompagnée du retour des symptômes de côlon irritable, d’une aggravation de la sévérité de la fibromyalgie et, plus globalement, d’une diminution de la qualité de vie. Ces travaux publiés dans la revue Clinical and Experimental Rheumatology plaident en faveur d’une recherche plus poussée sur le rôle des excitotoxines alimentaires dans la fibromyalgie et le syndrome du côlon irritable.

Source: www.psychomedia.qc.ca

Le Journal de la Santé. Edouard

 

Des additifs allergènes

 

Dans la plupart des pays, seuls les additifs dont l'innocuité est garantie par de nombreux tests et qui font partie d'une liste d'additifs autorisés peuvent être utilisés par l'industrie agroalimentaire.

 

Leur présence doit en outre être indiquée sur l'étiquette des produits.

 

Lorsque des tests en laboratoire, réalisés sur des animaux, révèlent une toxicité à forte dose, l'utilisation d'un additif peut être limité par la loi. Son ingestion par le consommateur reste ainsi inférieure aux doses dangereuses. Cette "dose journalière autorisée" correspond à 1/100ème de la prise journalière maximale sans effet répertoriés.

Quels que soient les additifs, ils ne devraient donc pas être nocifs pour la santé.Cependant, à doses trop importatnes et chez des sujets sensibles, ils peuvent provoquer par exemple des allergies. Ils peuvent donc être allergènes.

 

 

I) Qu'est ce qu'un allergène ?

 

Un allergène est une substance qui entraine une réaction allergique chez certains sujets. Les allergènes font partie du groupe des antigènes, substances qui provoquent une réponse du système immunitaire. Cette réponse se traduit par la sécrétion d'anticorps (protéines du sérum sanguin sécrétées par les lymphocytes B, qui sont des globules blancs intervenant dans l'immunité).

Il existe plusieurs types d'allèrgènes :

- Les pseumallergènes : ils pénètrent l'organisme par voies respiratoires, comme le pollen, les poils d'animaux, les moisissures,les acariens, etc.

- D'autres allergènes : ils atteignent l'homme par des voies très variées, la voie sanguine par exemple. On les trouve dans des médicaments, des venins, des microbes, etc.

- Les trophallergènes : ils pénètrent par voies digestives. Ils sont présents dans le lait, les oeufs, la viande, les légumes, les poissons, certains fruits. Certains aliments sont en fait des pseudoallergènes, c'est à dire qu'ils produisent des symptômes simulant l'allergie parce qu'ils sont riches en histamine, substance déclenchant les effets de l'allergie ou parce qu'ils provoquent la libération de celle-ci par les cellules de l'organisme. Dans notre cas, c'est cette dernière qui engendre l'allergie.

 II) Quels additifs sont les plus dangereux et où les trouve-t-on?

 Tableau récapitulatif des additifs allergènes les plus fréquents et provoquant le plus fréquemment l'urticaire :

Numéro de l'additif
Nom
Danger(s) potentiel(s)
Aliments concernés
E102
Tartrazine
Réaction allergique allant jusqu'au choc anaphylactique, allergie croisée avec l'aspirine, asthme, urticaire, cancer
Boissons aromatisées sans alcool, glaces, desserts, confiseries, fruits confits, moutarde, surimi, champignons, bonbons La Pie qui chante
E 110
Jaune orangé S
Risques d'urticaire, de rhinite, troubles gastro-intestinaux, etc.
Médicaments, Schweppes citron, moutarde Amora, fromage La Vache qui rit, certains apéritifs
E 120
Cochenille
Urticaire, cancers
Pastis Duval
E 124
Rouge cochenille
Urticaire, risques d'hypersensibilité chez les asthmatiques et les personnes allergiques à l'aspirine
Boissons, pâtisseries, confiseries
E 125
Amarante rouge
Urticaire
Conserves, vinaigre
E 127
Erythrosine
Urticaire, risques d'hyperthyroïdie, tumeurs thyroïde, modifications hormonales, troubles neurophysiologiques
Potages instantanés, sauces, confiseries
E 131
Bleu patenté V
Urticaire, cancers
Desserts, confiseries, apéritifs
E 142
Vert lissamine
Urticaire, cancers
 
E 150
Caramel ammoniacal
Urticaire, cancers
Picon, Martini
E 210
Acide benzoïque et dérivés
Urticaire, cancers
Caviar, crevettes
E 211
Benzoate de sodium
Erythème, urticaire, migraine
Sodas, confitures allégées, crevettes cuites, chewing gum, pâté, etc.
E 212, 213
Benzoate de potassium et de calcium
Cancers
Caviar, crevettes
E 214
P-hydroxyde benzoate d'éthyle
Cancers
Caviar, crevettes
E 249, 250, 251, 252
Nitrites de potassium, de sodium, nitrate de sodium, de potassium
Hypertension, migraine, urticaire, accidents vasculaires
Charcuterie, salaisons, conserves de viande, fromage, harengs au vinaigre, foie gras
E 330
Acide citrique et ses dérivés
Perturbation de la digestion, urticaire, aphtes, cancers
Confitures, gelées, crevettes, fromage, pain de seigle, moutarde, eau gazeuse, pruneaux, Banga, Canada Dry, Schweppes
E 339
Orthophosphate de sodium
Perturbation de la digestion, urticaire, cancers
Charcuterie, fromages fondus, boissons gazeuses, Coca-Cola

 

Les emballages sont aussi à surveiller :

Le plastique des bouteilles d'eau (PET) est un emballage passé au crible par le Code de la Santé Publique et la réglementation alimentaire européenne (Règlement européen CE n° 1935/2004 et l'Article R. 1322-36 du Code de la Santé Publique). Le PET est un haut polymère ne comportant pas d'additif. Ne contenant ni Bisphénol A, ni phtalates, il présente une très grande inertie chimique dans l'eau.

Qu'est-ce que le Bisphénol A ?

Le Bisphénol A est utilisé pour la fabrication industrielle de plastiques de type polycarbonate et de résines époxy. Il est notamment utilisé comme antioxydant dans les plastifiants et le PVC (lunettes de soleil, CD, biberons, etc...).

Comment repérer la présence de Bisphénol A ?

Pour repérer les emballages et autres contenants alimentaires qui pourraient comporter du bisphénol A, il faut se reporter au logotype composé des trois flèches. Généralement, les contenants en polycarbonates portent le sigle « PC ». Si c'est le N°7 qui y figure, il faut être vigilant : le N°7 correspond à « autre plastique » où l'on peut parfois trouver du Bisphénol A.

En revanche, si le logo porte la mention «PET » ou le « N°1 » (qui correspond au numéro du PET), on peut être sûr qu'il s'agit de PET, et que l'emballage plastique ne contient donc pas de Bisphénol A

 

LIVRES /REVUES/ENCYCLOPEDIES

 

Larousse médical

Science et vie, n°1014

Science et avenir, n°591, n°648, n°577

Ca m'intéresse, n°195, n° 220, n°254

Pour la science, n°193

Encyclopédia Universalis, n°30

 

 

 SITES INTERNET

 

http://bestofgifs.free.fr

http://yves.marsal.free.fr

http://isimabomba.free.fr

http://biogassendi.ifrance.com/biogassendi/additifs.htm

 

 Autre étude :

Les additifs

Les additifs alimentaires sont répandus dans nos aliments, mais qu'en est-il de l'accumulation dans notre organisme de ces colorants et autres conservateurs ?
Voici une étude distribuée par l'hôpital de Villejuif, Tous ces additifs sont actuellement autorisés en France, mais doivent être indiqués sur l'emballage. Freinez leur utilisation en sélectionnant les produits que vous achetez. Pensez à votre santé et à la santé de vos enfants.

Toxiques - Cancérigènes 
Le plus dangereux
Produits dangereux
E110 - E120 - E123 - E124 - E182 - E127- E211- E220- E225- E230- E250- E251- E252- E311- E330- E407- E450

E330 Schweppes citron, certains apéritifs, banga, moutarde amora, crème de fromage: la vache qui rit, etc..

E102- E110- E120- E124- E127
Produits cancérigènes
Perturbations possibles
Susceptible de provoquer
E131- E142- E210- E212- E213- E214 aux intestins : E221- E222- E223- E224- E226
au derme : E220- E231- E232- E233
à la digestion : E330- E339- E340- E341- E400- E461- E462- E463- E467- E466

des calculs rénaux :E447

Suspect (études en cours)
Destructeur des vitamines B12
Accidents vasculaires
E 125- E 131- E141- E142- E150- E153- E171- E172- E210- E212- E213- E214- E215- E216- E217- E231- E232- E241- E338- E340- E341- E460- E462- E463- E465- E477.

E220

E230- E251- E252 (dans la charcuterie)
Responsables du cholestérol
Sensibilités cutanées
Responsable d'aphtes
E320- E321 E311- E312 E330
Ttroubles digestifs
Exemples de produits
 
E407 (crèmes glacées)

contenants certains additifs
E102 : "La pie qui chante"
E330 : Banga, canada dry, Schweppes, certaines limonades
E120 : Pastis duval
E150 : Picon, martini
E339 : Coca-Cola

 
INOFFENSIFS
E100 - E101 - E103- E104- E105- E111- E121- E122- E132- E136- E140- E151- E160- E161- E162- E170- E174- E180- E181- E200- E201- E202- E204- E237- E249- E260- E261- E270- E280- E281- E282- E290- E293- E300- E301- E302- E304- E305- E306- E307- E308- E309- E322- E325- E326- E327- E331- E332- E333- E334- E335- E336- E337- E401- E402- E403- E404- E405- E406- E410- E411- E413- E414- E420- E421- E422- E440- E470- E471- E472- E474- E475- E480.

Source : MEDECINES 555

Voici les derniers :

All electronic correspondence should be sent to:  foodadditives@efsa.europa.eu

ANNEX 1: Selected EU permitted miscellaneous food additives

Acidity regulators

E number

Name

E 527

Ammonium hydroxide

E 528

Magnesium hydroxide

E 529

Calcium oxide

E 526

Calcium hydroxide

E 525

Potassium hydroxide

E 524

Sodium hydroxide

E 504 (ii)

Magnesium hydroxide carbonate, Magnesium carbonate hydroxide hydrated

E 504 (i)

Magnesium carbonate

E 503 (ii)

Ammonium hydrogen carbonate

E 503 (i)

Ammonium carbonate

E 501 (ii)

Potassium hydrogen carbonate

E 501 (i)

Potassium carbonate

E 500 (iii)

Sodium sesquicarbonate, Sodium monohydrogen dicarbonate

E 500 (ii)

Sodium hydrogen carbonate

E 500 (i)

Sodium carbonate

E 578

Calcium gluconate, Calcium di-D-gluconate

E 575

Glucono-delta-lactone, D-Glucono-1,-lactone

E 574

Gluconic acid

E 363

Succinic acid, Butanedioic acid

 

Anticaking agents

E number

Name

E 538

Calcium ferrocyanide

E 536

Potassium ferrocyanide

E 535

Sodium ferrocyanide

E 530

 Magnesium oxide

E 570

Fatty acids, Octanoic acid (C8), deconic acid (C10), dodecanoic acid (C12), tetradecanoic acid (C14), hexadecanoic acid (C16), octadecanoic acid (C18), 9-octadecenoic acid (C18:1)

 

Stabilizers

E number

Name

E 585

 Ferrous lactate, Ferrous 2-hydroxy propanoate

E 579

Ferrous gluconate, Ferrous di-D-gluconate dihydrate, Iron (II) di-gluconate dihydrate

 

Sequestrant

E number

Name

 E 577

Potassium gluconate, Potassium D-gluconate

 E 576

Sodium gluconate, Sodium D-gluconate

 

Antioxidant

E number

Name

E 385

Calcium disodium ethylenediamineetraacetate, N, N'-1,2-Ethanediylbis [N-(carboxymethyl)-glycinate] [(4-)-O,O', ON, ON] calciate(2)-disodium, Calcium disodium ethylenediaminetetra acetate Calcium disodium (ethylenedinitriol)tetra acetate

 

Carriers

E number

Name

E 1505

Triethyl citrate, Triethyl-2-hydroxypropan-1,2,3-tricarboxylate

E 1520

 Propane-1,2-diol, 1,2-dihydroxypropane

Publié: 6 juillet 2012


[1] Regulation (EC) No 1333/2008 of the European Parliament and of the Council of 16 December 2008 on food additives.
[2] Commission Regulation (EU) No 257/2010 of 25 March 2010 setting up a programme for the re-evaluation of approved food additives.
[3] As defined in the Annex II, Part D of Commission Regulation (EU) No 1129/2011 of 11 November 2011 amending Annex II to Regulation (EC) No 1333/2008 of the European Parliament and of the Council by establishing a Union list of food additives.
[4] Cooperation with the United States

 

 

Médicaments contrefaits : DANGER (wat.fr)

Ils tuent environ 700.000 personnes par an, notamment en Afrique où un médicament sur trois est un faux.

 

A L C O O L

Les personnes qui ont une consommation excessive régulière développe une tolérance neuro-biologique à l'alcool et à l'ivresse qu'il procure

Taux d'alcool dans le sang : Sachant que la limiteautorisée au volant est de 0,5g/l

  • Pour un homme de corpulence moyenne, on peut déterminer qu'un verre de vin (12,5 cl) = 0,30g d'alcool par litre de sang .
  • Chaque verre supplémentaire augmente de 0,20g à 0,30g le taux d'alcool dans le sang.
  • Consommer 1 bouteille de vin (6 verres) correspond en moyenne à un taux d'alcool dans le sang de l'ordre de 1,5g/l.

En sachant que l'organisme élimine en moyenne 0,10 à 0,15g/l toutes les heures, la consommation de 14 bouteilles en 12 heures de veille fait monter le taux d'alcool dans le sang à 15g/l à la fin de la journée. Un chiffre tout simplement morbide puisqu'il suffirait à tuer 3 personnes qui ne boivent que modérément et ponctuellement.

L'alcool provoque hilarité, tristesse, joie, puissance, pouvoir, témérité, plaisir entre autres... La sensation de plaisir est l'un des mécanismes les mieux connus (et apprécié) puisqu'il déclenche la sensation de plaisir. Cette impression est due à une libération de dopamine, un neurotransmetteur impliqué dans le circuit de la récompense et du plaisir, qui est au cœur de l'addiction. 

Le principe de tolérance augmente quand la ponctualité et la dose s'installent, les récepteurs de dopamine sont donc plus difficiles à stimuler ce qui nécessite des doses plus élevées. Progressivement LA dose nécessaire augmente : " Il y a une habituation lente et progressive de l'organisme qui conduit l'alcoolo-dépendant à pouvoir encaisser un taux d'alcool dans le sang très important ", propos du Pr Cottencin. Un sujet alcoolique peut donc ressentir un manque alors qu'il a encore 2g d'alcool par litre/sang, une dose pouvant déjà provoquer un coma chez un buveur ponctuel et modéré", poursuit-il. 

Habituation : En psychologie, l'habituation constitue une forme d'apprentissage. Elle consiste en la diminution graduelle (et relativement prolongée) de l'intensité ou de la fréquence d'apparition d'une réponse à la suite de la présentation répétée ou prolongée du stimulus l'ayant déclenchée.

  • Le coma éthylique peut survenir entre 2g et 4g/l de sang.
  • Le risque est mortel au delà de 5 g/l...
  • Chez les alcoolo-dépendants, cette tolérance peut à terme atteindre des niveaux extrêmement élevés.
  • Personne n'est égale devant cette tolérance
  • Consommer excessivement de l'alcool double le risque d'avoir de sérieux problèmes cognitifs ou de mémoire en fin de vie

Ainsi l'alcool trompe sa proie qui devient vite dépendante de cette amie prometteuse de plaisirs. Commencer à boire, c'est commencer à mourir et détruire ceux que l'on aime. Virez l'abject et deux ailes vous pousseront dans le dos.

aiguail


Page précédente Page suivante