26 septembre 2018
Bonne fête Côme/Damien

Site mis à jour le
27 juin 2018

Plan du site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez pour imprimer cette page

Horreurs diverses 1

Mis à jour le 8 avril 2018

Résultat de recherche d'images pour

Nos cousins jouent les cobayes

Ignominie : Des singes forcés d’inhaler des gaz d’échappement : Volkswagen présente ses excuses pour son test

TORO de CORIA

toro-G20040827-54108.jpgRésultat de recherche d'images pour

Une coutume espagnole visant à martyriser les taureaux en les criblant de fléchettes. Cruauté gratuite, sadisme imbécile, seuls des tarés peuvent y trouver plaisir... Les voyeurs sont autant complices que ces débiles pervers.

En Chine

yulin-2

En Chine, ce sont quotidiennement des milliers de chiens et de chats qui chaque jour sont entassés vivants dans des cages exiguës. Pendant leur courte vie ils ne connaitront que douleur et souffrance puis seront sacrifiés de la pire façon ! Pratique abominable où la douleur est atroce, la mort inimaginable, cette " tradition barbare " existe toujours au 21ème siècle.

Un chien retrouvé ligoté avec la gueule scotchée

Ce chien ligoté avec la gueule scotchée est trop heureux d’avoir été sauvé

Alors qu'il se rendait à son travail avec un collegue, Carlos Carrillo a sauvé la vie de ce chien qu’il a trouvé ligoté avec des tuyaux en plastique, la gueule scotchée. Le chien est désormais sain et sauf mais l'ignoble individu qui a commis cet acte odieux dort sur ses deux oreilles, dommage ! L'animal était destiné a trouvé une mort affreuse, ne pouvant ni aboyer, ni s'échapper. Les deux sauveursl’ont confié à dans un refuge (Peewee's Pet Adoption) où il pourra trouver une famille...

 

Ce chien ligoté avec la gueule scotchée est trop heureux d’avoir été sauvé

Une statue égyptienne fait des rotations mystérieuses dans un musée anglais.

On soupçonnait évidemment une supercherie. Intriguant tout de même cette statue égyptienne, vieille de 4 000 ans, qui tournait toute seule dans sa vitrine du musée de Manchester. Aucun montage apparent, aucune manifestation humaine pour animer la statuette représentant Neb-Senu, un notable égyptien. Cette étrange effigie remuait pendant la journée et semblait se reposer la nuit.L’émission " Mystery Map " de la chaîne britannique ITV, s'est penchée sur le probléme et en a percé le mystère. Les chercheurs,  grâce à des capteurs placés sous la vitrine, ont trouver l’explication rationnel du phénomène : La cause revient au trafic des bus, qui passent« sur un axe très fréquenté en face du musée " et qui provoque la rotation de Neb-Senu. Contrairement à ses compagnes de vitrine, la statuette présente en effet une base convexe. C’est ce « renflement qui la rend plus sensible aux vibrations que les autres, qui ont une base plate » a expliqué l’ingénieur Steve Goslin, spécialiste des vibrations.

 

 

ABATTOIR 2016 - LeS Moutons

Ces images fimés dans l’abattoir de Pézenas (dans l'Hérault), ont été tournées entre novembre 2015 et mai 2016. Elles montrent l'abattage des moutons, sans étourdissement et même sans égard ni pitié pour les victimes impuissantes, livrés aux mains de tarés qui pratoquent l'abattage rituel (halal). L'horreur au quotidien pratiquée par des sadiques rénumérés. DUR !

Derrière les murs de l'abattoir de Limoges - les cochons

L214 révèle une vidéo montrant l'horreur de l'abattage des animaux à l'abattoir de Limoges. Des cochons subissent un étourdissement électrique souvent défaillant. Ils reçoivent des déchargent et montrent des signes de conscience alors qu'on leur plante un couteau dans la poitrine. Enquête et pétition sur : http://limoges.abattoir-made-in-franc...

Licence de paternité Creative Commons (réutilisation autorisée)

vaches en gestation abattues

L'association L214, qui milite pour le bien-être animal et l'abolition de la consommation de viande, a diffusé jeudi 3 novembre 2016 de nouvelles images chocs, tournées cette fois à l'abattoir municipal de Limoges, pour dénoncer l'abattage de vaches en gestation, une pratique répandue et légale mais qu'elle voudrait faire interdire.

Licence YouTube standard

J'en ai la nausée ! Ces vidéos sont ici pour témoigner des ignominies et de la cruauté gratuite, des souffrances infligées aux animaux qui nous aident à vivre, et de ces bourreaux pervers qu'on appelle "tueurs". Pour ma part, c'est insoutenable et j'avoue ne pas avoir regardé ces images complètement. Regard embué et envie de... Des quantités de preuves prouvent la cruauté présente dans de nombreux abattoirs : https://www.youtube.com/watch?v=yHHrgqOjfls

 

 

CURIOSITÉS

 

http://img106.xooimage.com/files/5/4/8/tumblr_mv9ge1pkz1...03o1_400-4673dcb.jpg

 

 

 

Revenons au réel :

Il étrangle sa compagne et la débite en morceaux quelques jours après...

Au Tribunal, il quémande a être condamné à perpétuité !

24 octobre 2013 Source Xibaaru

corps découpé  - Janvier 2012 : Fabien SOUVIGNÉ est jugé à Dijon pour le meurtre horrible de sa jeune compagne de 21 ans, Marion Bouchard. Dans la nuit du 15 au 16 janvier 2012, une violente dispute a éclaté dans le couple et Fabien SOUVIGNÉ à tuer son amie dans un accès de folie meurtrière due à une grande consommation de produits toxiques. Il a étouffé sa compagne et l'a laissée pour morte l'abandonnant dans l'appartement. Quelques jours après il est revenu découper le cadavre en trois morceaux.

 Le remord l'a poussé à se rendre aux autoritées pour avouer son geste.

  Au procès il  réclamait perpétuité, il a écopé de 22 années d'emprisonnement !

  « Pour ce que j’ai fait à Marion, pour la souffrance que je fais subir à sa famille et pour que plus jamais je ne puisse faire de mal à quelqu’un, je demande à ce que la cour me condamne à perpétuité »

 

« C’est honteux ! a hurlé la mère de la victime en entendant le verdict : 22 ans de réclusion criminelle. C’est honteux ! "

L’avocat général avait requis 30 ans, après un sévère réquisitoire, dénonçant la violence du crime dû à l'absortion de drogues et d'alcool.

 

15 mars 2005 - Affaire Patrice ALEGRE


Hadja Benyoucef, un autre crime trop vite classé "suicide à Toulouse"

La nouvelle autopsie de Hadja Benyoucef, morte il y a 17 ans, a permis d'écarter la thèse du suicide au profit du meurtre dans un dossier réouvert lors de l'affaire Alègre, mettant en cause, une fois de plus, le travail de légistes et enquêteurs toulousains dans les années 80 et 90.
Valérie Tariote, Martine Matias, Edith Schleichardt et maintenant Hadja Benyoucef.
Deux victimes du tueur en série Patrice Alègre, deux meurtres encore non élucidés...quatre crimes un peu trop vite classés en suicides. Depuis l'interpellation de Patrice Alègre, en septembre 1997, le travail de médecins légistes et d'enquêteurs de la région de Toulouse depuis le milieu des années 80 est mis en cause de façon récurrente. Une "incurie" unanimement dénoncée par les familles des victimes, qui n'ont jamais cru à la thèse du suicide, sans que les enquêteurs en tiennent compte. Lors du procès Alègre, en février 2002, les cas de Valérie Tariote puis de Martine Matias, deux jeunes femmes que le tueur a reconnu avoir assassinées, avaient soulevé une série de questions embarrassantes. Valérie Tariote, 21 ans, avait été retrouvée morte le 27 février 1989. Couchée sur son lit, le corps dénudé, sa culotte déchirée, les mains liées sur le devant, la tête reposant dans une casserole pleine de sang et de vomissures, un chiffon au fond de la gorge. Son sac était retrouvé dans la poubelle de l'immeuble. Malgré tout, l'autopsie a conclu au suicide, Valérie ayant absorbé de nombreux médicaments. Un policier a reconnu à l'audience qu'il s'était "trompé". "En matière de suicide, tout est possible", avance alors la légiste Danièle Alengrin. Deux jours après, l'affaire Martine Matias, 29 ans, est évoquée. Son corps avait été retrouvé calciné en février 1997 à Toulouse : une arme à son côté, son soutien-gorge déchiré, des traces de chloroforme, un feu allumé en deux endroits de l'appartement, des cris entendus par des témoins... Fin 2003, un dossier oublié ressurgit au détour de la seconde affaire Alègre et des accusations de viols et de pratiques sadomasochistes portées par d'anciennes prostituées contre le tueur en série, des notables et des policiers.
Edith Schleichardt, 22 ans a été retrouvée en 1990 dans un champ au sud de Toulouse : tee-shirt remonté, collant descendu, une bombe lacrymogène coincée en haut des cuisses. L'enquête des gendarmes avait retenu l'hypothèse d'un décès par ingestion médicamenteuse, notamment sur la base du rapport légiste. Une nouvelle autopsie permet de déceler des traces de coups violents au visage, notamment des fractures dentaires, non signalées par les légistes de 1990, les Drs Alengrin et Pierre-Marie Bras. En juin 2004, le juge d'instruction Fabrice Rives interroge les deux médecins. Le Dr Bras concèdera l'absence d'examen dentaire approfondi tandis que le Dr Alengrin "s'arqueboute" sur ses positions, selon l'avocat de la famille Schleichardt, Me Pierre Dunac. Par la suite, le dossier Hadja Benyoucef s'est ajouté à la liste. Cette mère de famille de 26 ans, avait été retrouvée dans son appartement le 30 novembre 1987:  une couche culotte pliée dans la bouche, une corde à rideaux nouée autour de son cou traversé par un couteau de cuisine qui avait tranché la carotide. Le Dr Alengrin, avait retenu l'hypothèse d'un "raptus suicidaire". Le dossier était réouvert en 2002 dans le cadre des investigations de la cellule de gendarmerie Homicide 31. La nouvelle autopsie a établi qu'il "s'agit manifestement d'un crime", a indiqué Me Dunac

aig

 

H O R R E U R

 

 

 

 

 

 

 


Page précédente Page suivante