20 août 2018
Bonne fête Bernard

Site mis à jour le
27 juin 2018

Plan du site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ANIMAUX DANGEREUX 2

Page en construction

 

Le poisson Globe ou FUGU

Le Poisson-GlobeQuel est l'autre nom du poisson-globe ?

Le fugu se gonfle d'eau lorsqu'il se sent menacé, ce qui explique son surnom de poisson-globe

Considéré comme l’un des vertébrés les plus toxiques au monde, c’est un mets d’une grande finesse au Japon.

Le Fugu, du genre Takifugu qui comprend des poissons appelés poisson-globe et poisson-ballon en Méditerranée orientale, est connu pour provoquer de très graves intoxications à la tétrodotoxine.

Un mets très dangereux puisque le foie, les ovaires, les intestins et la peau des fugus contiennent un poison vraiment très toxique : la tétrodotoxine, contre laquelle il n'existe pas d'antidote, la mort intervenant dans un délai de quatre à six heures. Cette neurotoxine paralyse les muscles et entraîne la mort par arrêt respiratoire.

Seuls quelques chefs ou maîtres cuisiniers sont aptes à cuisiner cette bombe à retardement !

 

Dendrobate Azureus, la grenouille bleue à flèche empoisonnée

La Grenouille Bleue à Flèche Empoisonnée (Dendrobate Azureus)

Cet amphibien pèse environ 8 grammes et mesure 3,0 à 4,5 cm de longueur. Il dispose de suffisamment de poison pour anéantir 20 000 souris, paraît-il. Ainsi, avec seulement environ 2 microgrammes, le cœur d’un gros animal cesserait de battre. Ce poison enduit la surface de la peau de cette "jolie et charmante" grenouille !

Une tête aplatie, un museau pointu, des yeux dont l'iris est noir, marron foncé, voire bleu marine.Le dos est bleu ciel avec de nombreuses taches noires espacées sur le haut du dos en diminuant sur les flancs. Le ventre est d'un bleu ciel immaculé. Les pattes sont d'un bleu plus prononcé que le corps et les 4 doigts sont munis de disques adhésifs NON palmés.

dendrobates-azureus-dendrobate-bleu-reptiloz-caen-1030x850

Dendrobate bleu ou grenouille tueuse ou bien grenouille vénéneuse ou encore grenouille à flèches empoisonnées.

Son nom lui a été donné par les chasseurs indigènes d’Amazonie qui recouvraient la pointe de leur flèche avec son venin pour enduire la pointe de leurs flèches afin de chasser à la sarbacane ou à l’arc. Le venin était récupéré en faisant cuire l’animal qui en mourant sécrète tout son venin.

Ce sont les glandes d'alcaloïdes toxiques situés dans la peau qui assurent la défense contre des prédateurs potentiels. Ce poison très toxique  paralyse ou tue parfois le prédateur.

La Recluse Brune

Une recluse brune, une petite araignée dangereuse présente en Languedoc-Roussillon - DR

La loxosceles reclusa, dite la recluse brune ou Loxosceles" araignée violoniste ", est une petite araignée originaire d’Amérique du Nord, mais aussi présente en Languedoc-Roussillon. Ses morsures aux conséquences graves sont particulièrement douloureuses. La réaction physique dépend évidemment de la quantité de venin injectée et de la sensibilité de la victime.

Le venin peut provoquer la nécrose des tissus touchés, la destruction des artères et des veines, et diverses infections.Les lésions sont de type « volcanique », c’est-à-dire caractérisées par un trou dans la chair dû aux tissus sous-cutanés gangrenés qui provoquent une éruption infectieuse (Wikipedia).Six à huit Plusieurs semaines seront nécessaires à une complète guérison mais des cicatrices subsisteront.
Symptômes rares : Vomissements, nausées, fièvre, paralysies partielles et mort, parfois, en cas de défaillance circulatoire ou d'insuffisance rénale. Chez les enfants ou les personnes fragiles, une morsure peut entraîner des séquelles physiques graves.

" Des cas de morsures de cette araignée sont signalés en France depuis la fin des années 2000 ", a indiqué le Dr Christian Herlin, chirurgien esthétique et plastique interrogé par Midi Libre.

Sa couleur varie du jaune foncé au marron, d'où son nom. Elle n'a pas de rayures ou d'autres pigments sur les pattes. Un motif en forme de violon (très imagé) sur le corps de l'araignée d'un brun légèrement plus foncé que le reste du corps. Elle n'a que 6 yeux, disposés par paire !

En cas de morsure, l'urgence médicale est nécessaire.

En France, nous avons sa cousine européenne, la Loxosceles rufescens, qui fait aussi partie des recluses.

 

Le PITOHUI

La toxicité des plumes chez les oiseaux à bec droit : le Pitohui variable

Le genre Pitohui regroupe plusieurs espèces d'oiseaux de la famille des Oriolidae, à ne faut pas confondre avec d'autres oiseaux appelés " pitohui " en français...

On le rencontre en Nouvelle Guinée et dans les îles voisines. Il mesure 23 à 25,5 cm et pèse entre 85 et 100 g. et se nourrit d’insectes et de baies.

Nota : Lorsqu’en 1989, un scientifique du nom de John P. Dumbacher a pris l’un d’entre eux dans ses mains, il a commencé à ressentir une démangeaison, puis une brûlure.

Le Pitohui bicolore, qui a été découvert en premier par la communauté scientifique, et le Pitohui variable sont des oiseaux vénéneux. Étonnant, certes, puisque leur peau et leurs plumes contiennent une toxine proche de la batrachotoxine, la même que celle sécrétée par certaines grenouilles tropicales. (Voir ci-dessus)

Le Pitohui huppé et le Pitohui noir sont eux aussi vénéneux, mais dans une moindre mesure. Un autre oiseau connu pour être vénéneux mais n'appartenant pas à ce genre, est l'Ifrita de Kowald.

Ifrita de Kowald

Une fois de plus, tu peux remarquer que les couleurs vives orangées et rouges avertissent d'un danger imminent. Même s'il y a quelques exeptions mieux vaut éviter les animaux présentant ces tons vifs, mais ce n'est que mon avis....

 

La Fourmi de Feu (Solenopsis Invicta)

http://www.gt-ibma.eu/wp-content/uploads/2017/11/solenopsis_invicta_-_fire_ant_worker_alex-wild.jpg

Ouvrière de Solenopsis invicta© A. Wild

Les fourmis de feu sont les fourmis les plus agressives du monde et tuent, avec d'autres insectes, environ 200 personnes chaque année, la mortalité dans les régions rurales ou éloignées n'étant pas répertoriée. Cette morsure redoutable et douloureuse peut provoquer un choc anaphylactique et provoquer la mort.

Leur armée compte près d’un quart de millions de soldats et la colonie progresse lentement en dévorant tout : faune, flore, plantations, animaux morts, même les oiseaux marins, oisillons, tortues, alligators et les hommes, tout en somme !
Les colonies peuvent atteindre 40 millions d'individus par km².

Pour l’homme, cette fourmi constitue un réel danger car de nombreuses personnes sont allergiques aux piqûres d’insectes. Il arrive qu'une seule piqûre de cette fourmi entraîne la mort en quelques minutes.

Le venin est composé d'acide formique concentré à 40%, donc très corrosif. L'état des victimes nécessitent parfois une greffe de la peau et même une amputation.

Image d'une fourmi ou l'on peut observer son dard énorme.

Cette fourmi possède un aiguillon redoutable qu'elle conserve chaque fois qu'elle pique, souvent 7 à 8 fois de suite, et s’accroche avec ses mâchoires ancrées dans la peau pour enfoncer son aiguillon de manière répétitive.
Simultanément elle épand un produit chimique qui attire les autres fourmis pour l'hallali.

 

Le Dermatobia Hominis ou Oestridae

Mark W. Moffett alias "Docteur Bugs" raconte l'histoire horrible d'une larve parasite qui est entrée dans son hypoderme lors d'une expédition au Belize. Une mouche (Botfly / Oestridae) l'a piqué à la main et a pondu une larve à l'intérieur de son membre. Dix semaines après, la larve aillant atteint sa " maturité ", le Docteur Bugs a "accouché" de son hôte... Pas ragoûtant, hein ?

L'Oestridae

Le genre Dermatobia ne comprend qu'une seule espèce, Dermatobia hominis. Ce Cuterebrinae, de la famille des Oestridae, s'attaque à l'homme et autres primates. Actif du Mexique à l'Argentine, il est responsable d'une myase cuticole furonculoïde liée à sa larve appelée localement " ver macaque " en Guyane. Pour se reproduire, la femelle gestante capture un moustique et accroche sa grappe d'œufs sur son abdomen, une situation nommée phorésie. La température déclenche l'éclosion lorsque le moustique se pose sur un hôte à sang chaud. La larve traverse la peau de l'hôte et s'installe généralement à proximité de la zone où le moustique transporteur se pose. L'homme, se fait souvent "piquer" les membres, le visage ou le cou...

Résultat de recherche d'images pour

 

La grande musaraigne

 

Photo Phil Myers

Un phénomène extrêmement rare chez les mammifères d'Amérique du Nord où l'on ne connaît que trois espèces qui ont une salive toxique : la Grande musaraigne (Blarina brevicauda) qui vit surtout au Canada et plus localement aux États-Unis et deux musaraignes aquatiques (Neomys)
La grande musaraigne, un insectivore capable d'écholocation pour identifier ses proies et possèdant une salive venimeuse qui paralyse ses victimes. Le venin n’est pas dangereux pour l’homme, mais la morsure est douloureuse pendant quelques jours. La grande musaraigne peut ainsi attaquer des proies aussi grosses que de jeunes lièvres.
Longue de 7 à 10 cm, elle appartient à l’ordre des Soricomorphes (qui a la forme d’une souris). Deux familles existent au Québec  : les Soricidae qui comptent huit espèces de musaraignes et les Talpidae comprennant deux espèces de taupes. La grande musaraigne a un pelage gris anthracite, dense et soyeux et sa queue ne mesure que 2 à 3 cm. De petits yeux altèrent sa vision et elle ne distingue que les contrastes d'ombre et de lumière. Elle s'est donc adaptée à cette vue occultée par un système d'écholocation. Encore une caractéristique assez rare chez les mammifères terrestres.
Cettee musaraigne est fouisseuse et construit des réseaux de galerie dans la neige et sous la couche de neige à la surface du sol. Elle  dégage une odeur répugnante et nauséabonde.
 
Deux toxines ont été identifiées dans la salive : la soricidine et la BLTX. Les scientifiques pensent tirer de cette découverte des propriétés intéressantes pour l'éradication des cellules cancéreuses, notamment dans les cancers hormono-dépendants.

Page précédente Page suivante