22 octobre 2018
Bonne fête Elodie

Site mis à jour le
27 juin 2018

Plan du site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De bons mots, de la répartie !

Page en construction mise à jour le 20 mai 2018

Quand humour rime avec culture

Florilèges et mélanges de répliques fameuses


Phrase devenue célèbre de Robert Surcouf, le fameux corsaire Malouin, mais parfois attribuée par certains historiens à son compatriote René Duguay-Trouin ou à son contemporain Jean Bart, répondant à un amiral britannique qui prétendait ceci :

" Vous les Français, vous vous battez pour l'argent, nous Anglais, nous nous battons pour l'honneur !!! "
Et Robert Surcouf de répondre :

" Monsieur, chacun se bat pour ce qu'il n'a pas !!! "

_

Après un concert, un pianiste plutôt médiocre explique à un journaliste :
- " Dans notre langage de musiciens, nous appelons une fausse note un pain."
L’autre répondit :
- " Vous devriez songer à ouvrir une boulangerie."

Arletty, accusée à la libération d'avoir couché avec des allemands :

" Mon coeur est français mais mon cul est internationnal "

La même Arletty, au juge qui lui faisait le même reproche :

" Fallait pas les laisser entrer ! "

Lors d'un échange entre les deux rivaux politiques du 18ème siècle, John Montagu, Comte de Sandwich, et le réformiste John Wilkes. Montagu dit à Wilkes : 
" Monsieur, je ne sais pas si vous mourrez sur l'échafaud ou de la syphilis. "
Réplique de Wilkes : 
" Cela dépend, monsieur, si j'embrasse vos principes ou votre maîtresse. "

 

 Lady Astor apostropha un jour Winston Churchill : 
" Monsieur Churchill, vous êtes ivre ! "
Réplique de Churchill :
'" Et vous, Madame, vous êtes laide... Mais moi, demain, je serai sobre !

 

Cindy Crawford à Amanda Lear lors d'un cocktail : 
" Merci de m'avoir envoyé votre livre, je l'ai adoré. Mais dites-moi, qui vous l'a écrit ? "
Réplique d'Amanda : 
" Je suis ravie que vous ayez apprécié mon livre. Mais dites-moi, qui vous l'a lu ? "

Chirac, en plein sommet européen : " Mais qu'est-ce qu'elle me veut de plus cette ménagère ? Mes couilles sur un plateau ? ", alors que son micro était ouvert...

Marie-France Garaud à Jacques Chirac :

" Je vous croyais du marbre dont on fait les statues; vous n'êtes que de la faïence dont on fait les bidets ".

Le Prince de Conti était fort laid. Aussi sa femme le trompait sans vergogne.
Un jour, en partant, il lui dit : 
« Madame, je vous recommande de ne pas me tromper pendant mon absence. »
Réplique de sa femme : 
« Monsieur, vous pouvez partir tranquille : je n'ai envie de vous tromper que lorsque je vous vois. »

 
Churchill fit un jour la remarque suivante à George Bernard Shaw : 
" À vous voir, tout le monde pourrait penser que la famine règne en Angleterre. "
Réplique de Shaw : 
" À vous voir, tout le monde pourrait penser que c'est vous qui en êtes la cause. "

 

 Lors d'une visite du palais de Blenheim, maison ancestrale de la famille Churchill, Lady Astor, l'icône féministe, se retrouva à discuter des droits des femmes avec Winston Churchill, qui n'était pas réputé pour son affection pour le sujet.
Au sommet de leur désaccord, Lady Astor s'écria : 
" Winston, si j'étais votre épouse, je mettrais du poison dans votre verre ! "
Réplique du tac au tac de Churchill : 
" Eh bien moi, Nancy, si j'étais votre mari, je le boirais ! "

 

Sacha Guitry et Yvonne Printemps, son épouse du moment, se promènent dans un cimetière :
" Lorsque vous serez là, on pourra écrire sur la pierre : Enfin froide, " déclare galamment le spirituel Sacha. 
" Et quand vous y serez, sur la vôtre on pourra écrire : Enfin raide. " rétorqua Yvonne !


Je ne sais plus quel animateur de télé pose cette question fondamentale à Michel Blanc : 
" Être chauve, est-ce un handicap ? "
" Je suis chauve, mais j'ai une queue de cheval ! "


 Au Conservatoire national d'art dramatique, Louis Jouvet, professeur, à François Périer, jeune élève : 
" Si Molière voit comment tu interprètes ton Don Juan, il doit se retourner dans sa tombe. "
Et Périer de répliquer du même ton : 
" Comme vous l'avez joué avant moi, ça le remettra en place."

En 1992, Chirac lance un toast :

" Allons boire à nos femmes, à nos chevaux, et à ceux qui les montent ! "

De Gaulle prend un " bain de foule lorsqu'un homme s'exclame : " Mort aux cons ! "

Le Président se retourne alors vers lui, s'approche et lui tend la main : " Vaste programme, mon cher ! "

Anna Tyskiewicz, future comtesse Potocka, cachait avec soin un strabisme divergent. 
Mais Talleyrand, le plus célèbre pied-bot de l'Histoire, connaissait cette infirmité. 
Un jour, elle s'avisa de lui demander : 
" Comment allez-vous, Prince ? "
" Comme vous voyez, madame, répondit Talleyrand."


" Le maréchal va beaucoup vous manquer." faisait-on remarquer à l'épouse du Maréchal de Boufflers après qu'il fut décédé. 
" Peut-être... Mais au moins, je saurai où il passe ses nuits " répliqua-t-elle.

 Monsieur de Rivarol, combien d'années me donnez-vous ? » demandait une vieille coquette à l'homme célèbre. 
Réponse : 
" Pourquoi vous en donnerais-je Madame ? N'en avez-vous donc pas assez ? "


A la fin d'un dîner organisé par Winston Churchill, le maître d'hôtel, héros de guerre, présente la cave à cigares aux invités. L'un d'entre eux, sans le moindre scrupule, en prend cinq, les met dans sa poche et déclare : 
" C'est pour la route. "
" Merci d'être venu d'aussi loin, lui lance Churchill."

" Fermer les maisons closes, c'est plus qu'un crime, c'est un pléonasme " précisait Arletty lors d'une entrevue.

" Ce garçon est si timide qu’il est toujours dans les jupes de sa mère. "
Georges Feydeau réplique :
" Tant mieux, il s’y fera des relations. "

" Cher président, pourquoi me dévisagez-vous ainsi ? " Demanda une belle jeune femme à Edgar Faure..
" Madame, je ne vous dévisage pas, je vous envisage. " lui répliqua-t-il…

 

Albert Eins­tein à Charlie Chaplin : " Ce que j’admire le plus dans votre art, c’est son universalité. Vous ne dites pas un mot, et pourtant le monde entier vous comprend. "

Chaplin à Albert Einstein : " C’est vrai. Mais votre gloire est plus grande encore : le monde entier vous admire, alors que personne ne vous comprend. "

 

Pablo Picasso dînait dans un restaurant en griffonnant des choses sur la nappe en papier. Le patron, au moment de l’addition :

" Maître, vous être bien entendu mon invité, si vous daignez signer cette nappe ".
Picasso : "Cher ami, je veux bien payer mon dîner, mais je n’ai nulle intention d’acheter votre restaurant ".

À l’entracte de la Comédie Française, De Gaulle et Malraux se retrouvent aux urinoirs du théâtre.

Malraux commente : " Belle pièce mon général. "
De Gaulle réplique : " Regardez devant vous, Malraux ! "

Un journaliste demandeà Gandhi " Que pensez-vous de la civilisation occidentale ?

" Gandhi : " Je pense que ce serait une bonne idée. "

Le dramaturge irlandais George Bernard Shaw ne portait pas vraiment Winston Churchill dans son cœur mais, politesse britannique oblige, il faut parfois faire quelques concessions. Mal lui en a pris… La preuve :

George Bernard Shaw : " Je vous ai gardé deux tickets pour la première de ma nouvelle pièce. Amenez un ami… si vous en avez un. "

Réponse de Winston Churchill : " Je ne pourrai pas venir à la première. Je viendrai à la deuxième… s’il y en a une. "

Le dramaturge anglais Noel Coward n'appréciait pas spécialement son homologue américaine Edna Ferber :

" Edna, vous ressemblez presque à un homme. " Réponse de l’intéressée : " Vous aussi. "

Dialogue plutôt savoureux entre Mozart et un de ses admirateurs :

L’admirateur : " Herr Mozart, je pense écrire une symphonie. Pouvez-vous me donner des suggestions sur la manière dont je dois procéder ? "

Mozart : " Une symphonie est une forme musicale très complexe. Peut-être devriez-vous commencer par un simple lied [chant populaire allemand, NdlR] avant une symphonie… "

L’admirateur : " Mais vous avez bien écrit des symphonies à l’âge de 8 ans ! "

Mozart : " Oui, mais sans demander à quelqu’un comment faire. "

Le rappeur star Eminem n’aime pas que l’on convoite sa place de boss du rap-game. Quand une journaliste lui annonce que Lil Wayne vient marcher sur ses plates-bandes, " Slim Shady " lui sert une de ses punchlines dont il a le secret

La journaliste : " Les gens disent que le rappeur Lil Wayne a été envoyé par Dieu pour apprendre aux gens comment rapper."Eminem : " Je ne me souviens pas avoir envoyé qui que ce soit."

Sur le plateau de Sueurs froides, en 1957, c’est Kim Novak qui a fait les frais des humeurs misogynes de ce cher Alfred :

L’actrice : " Quel est mon meilleur profil, d’après vous monsieur Hitchcock ? " Alfred Hitchcock : " Vous êtes assise dessus ! "

En 1937, Otto Abetz, ambassadeur de lAllemagne nazie en France, découvre le tableau Guernica exposé pour la première fois au public lors de l’Exposition Universelle de Paris :

" C’est vous qui avez fait cette horreur ? ", demande-t-il à Picasso. " Non, c’est vous ", répond le peintre........... Courageux Pablo !

Un vétéran de la Seconde Guerre mondiale avec une jambe de bois interpelle le rockeur Frank Zappa :

" Si j’en juge par vos cheveux longs, vous êtes une fille ? " Zappa : "Et si j’en juge par votre jambe de bois, vous êtes une table ? "

 

DSK corrige Sarko car il a mentionné un rapport de l'INSEE qui était faux :

Sarkozy ironique : " Pardon, on est pas à l'université... monsieur le professeur ! "

DSK : " Si vous étiez mon élève, vous n'auriez pas fait cette erreur. "

 

Chirac à un journaliste : " Réfléchissez deux minutes... ce n'est pas excessif ! "

Le journaliste ( en souriant ) : Deux minutes c'est à peu près le temps qu'il m'a fallu pour lire votre livre !

Chirac : Je le sais bien, malheureusement dans celui que je vous ai envoyé j'avais pas mis les images à colorier, je suis désolé !

 

Churchill passait une période difficile.... surtout avec l'alcool. NancyASTOR organisait un bal :

Churchill : Avec quelle sorte de déguisement devrais-je venir ce soir au bal costumé ?

Nancy : Que diriez-vous de venir sobre ?

 

Voltaire sur son lit de mort

Le prêtre : " Renoncez-vous à Satan et à ses oeuvres ? "

Voltaire : " Oh non, mon brave, ce n'est pas le moment de se faire un ennemi."

 

" Vous voulez un Whisky ? "

" Juste un doigt."

" Vous voulez pas un Whisky d’abord ? "

 

 

 


Page précédente Page suivante