14 décembre 2018
Bonne fête Odile

Site mis à jour le
27 juin 2018

Plan du site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Population prévisible

Page en construction le 13 mars 2018

S u r p o p u l a t i o n

C'était prévisible et comme beaucoup de mes contemporains j'avais débattu voici bien longtemps sur les dangers du non contrôle des naissances. Non que je sois contre la venue de ces tendres petits chérubins, j'ai aussi des enfants, mais pour le bonheur des dernières et dernières générations il est inconcevable d'entamer une compétition au nombre d'habitants, par pays, juste pour démontrer une force, ou pour toucher les allocations familiales, si, si, certaines familles ne procrèent que pour l'argent qu'elles récoltent à faire des enfants. Dans d'autres pays, on tue les nouveaux-nés de sexe féminin pour ne pas avoir à payer la dote plus tard, mais on multiplie la naissance des mâles (?) On commande et on achète des enfants sur le Net. Partout le marché des naissances évolue à des fins pécuniaires, les ventes d'organes progressent, la traite des prostituées non volontaires est en augmentation, les "ventres sont loués" dans un but non louable, le chômage s'intensifie, la famine explose, le manque d'eau affaiblit les populations malgré tout génitrices car il faut savoir que les mammifères multiplient les naissances lorsque sa population est menacée d'extinction. Le cannibalisme refait surface et c'est l'une des conséquences de cette multitude :

  • Année 1990 : Des passants découvrent tout d’abord une main coupée. Soucieux ils poussent la recherche pour trouver un pied. Un peu plus loin, ce sont des viscères en décomposition que les riverains de San Cristóbal, une ville vénézuélienne à la frontière colombienne, remarquent, une macabre découverte. Ils appellent aussitôt la police. Le coupable est un SDF qui a élu domicile sous un pont où il attire les passants pour les assassiner et les manger ! Il  est soupçonné d’avoir tué et dévoré une dizaine de personnes, il n’a pas nié : "Je me les bouffe… Je les bouffe… Ce sont tous des très bons potes à moi… - Vous les avez tués… - On les invite à manger… On les invite à manger ou à boire… Et ils s’endorment… Alors on les tue… Vous voyez ? On les tue…". Surnommé le " Mangeur d’hommes ", les propos de Dorancel Vargas Gomez sont assez divaguants mais le fait est là, il dévore des êtres humains...
  • Thaïlande en 2007 : Une mère accusée d'avoir consommé la chair de sa fille de 9 ans justifie ses actes ainsi : " La faim m'a fait perdre la raison, j'avais entendu dire que la chair humaine était meilleure que le porc et je me suis dit que nous allions tous mourir de toute façon".
  • Corée du Nord en 2011, le peuple est affamé. Une enquête réalisée par l'Institut coréen pour l'unification nationale (Kinu) accrédite la thèse de cannibalisme. Publiée le 21 mai, elle révèle que des cas de consommation de chair humaine ont été recensés récemment dans le pays, d'après les témoignages de 230 transfuges nord-coréens. Le Kinu rapporte que trois exécutions avérées ont eu lieu pour des faits de cannibalisme entre 2006 et 2011.
  • Au Brésil en 2012, un trio de cannibales vendait des "beignets salés" confectionnés avec les restes de leurs victimes, avant de les vendre au chaland. Soit-disant "missionné" par le divin, le trio infernal Jorge da Silveira, 51 ans, sa femme Isabel Pires, 51 ans également, et sa maîtresse Bruna da Silva, 25 ans,mangeait la chair de ses victimes préalablement purifiée de son sang.
  • Fin avril 2012 :Un homme, Zhang Yongming,suspecté d'avoir tué une vingtaine de jeunes gens est arrêté. Il tuait puis dépeçait ses victimes avant de faire sécher la chair et d'en vendre une partie comme "viande d'autruche" sur le marché de son village (17 jeunes hommes avaient été portés disparus ces dernières années). La police a découvert des dizaines de globes oculaires conservés dans des bouteilles de liqueur et des morceaux de chair pendus, au domicile du suspect.
  • le 26 mai 2012 aux Etats-Unis, sur un pont reliant le centre de Miami (Floride) à sa plage, un homme est découvert nu, prostré sur un autre, en train de lui dévorer le visage. À l'arrivée des autorités, Rudy Eugène, 31 ans, lève simplement la tête en grognant, avant de continuer son repas.
  • le 29 mai 2012, toujours aux Etats-Unis, Alexander Kinyua, étudiant à la Morgan State University de Baltimore (Maryland), tue son colocataire avant de lui dévorer le cœur et une partie de son cerveau. La victime, un homme de 37 ans, était portée disparue depuis le vendredi précédent.
  • Le 25 mai 2012, au Japon où le cannibalisme n'est pas totalement illégal (?), l'artiste de 22 ans, Mao Sugiyama, fera cuisiner son propre pénis et ses testicules par un chef. Le plat sera ensuite dégusté par cinq clients le 13 mai 2012 à Tokyo . Les convives auront débourser 20.000 yens (200 euros) pour cette expérience inouïe. De nombreux cas de consommation de chair humaine avaient été recensés à la fin des années 50 lors des famines qui avaient causé la mort de dizaines de millions de Chinois, pendant "le fameux Grand Bond", l'impulsion au développement mené par Mao. Au plus fort de la Révolution culturelle lancée en 1966, de macabres " banquets " ont vu des convives dévorer les organes de leurs victimes "contre-révolutionnaires":

Lancée le 16 mai 1966 par Mao Tsé-toung pour renverser ses adversaires, la Révolution culturelle a été marquée par une frénésie de violences, plongeant le pays dans le chaos sous couvert de luttes politiques. Des adolescents, les "gardes rouges", ont battu à mort leurs professeurs, des familles se sont entredéchirées, des factions entre-tuées. A Wuxuan, dans des campagnes isolées de la province du Guangxi (sud-est), la barbarie a atteint des sommets : les coeurs, foies et parties génitales des victimes ont été découpés et cuits avant d'être consommés par leurs tortionnaires. Zheng Yi, qui avait le premier exposé au grand jour les cas de cannibalisme de Wuxuan et qui vit désormais exilé aux Etats-Unis, s'alarme du silence persistant sur les violences barbares de la Révolution culturelle.

  • La République Démocratique du Congo est largement secouée par des abominations récurrentes, ce seraient les Pygmées de la forêt de l’Ituri qui y seraient confrontés régulièrement, des atrocités intimement liées aux actes de guerre. De nombreuses enquêtes relatent des actes devenus banals : à Ituri, le cannibalisme serait en effet quotidien. La communauté internationale se montre pourtant indulgente, jusqu’à parfois tolérer certaines actions statuées comme des coutumes de tribu (?)

Pourtant, au-delà de frontières plus ou moins locales, les Etats condamnent avec conviction les actes anthropophages, jusqu’à les muer en tabou contemporain.

  • Le 25/09/2017 : Un couple, Dmitry, 35 ans, et Natalia, 42 ans, accusé d'avoir tué une femme pour la manger, a été arrêté dans la région de Krasnodar en Russie, après avoir été confondu par des selfies montrant des morceaux de corps démembré. L'homme de 35 ans et son épouse s'étaient disputés avec une femme qu'ils venaient de rencontrer. " L'homme l'a tué puis a démembré son corps, en cachant quelques fragments sur les lieux et en emportant d'autres avec lui ". L'individu s'est également pris en photo avec son portable, en posant avec sa victime. Le mobile contenant ces photos a été découvert dans la rue trois jours plus tard par des ouvriers qui ont alerté la police. la police russe soupçonne le couple de pratiquer le cannibalisme depuis 1999 et d'être responsable d'une trentaine de meurtres.

  • La France aussi a abrité un cannibale. En janvier 2007, Nicolas Cocaign a tué son co-détenu à la prison de Rouen. L'odeur du sang a déclanché une brutale envie de "goûter de la chair humaine". Il a ensuite ouvert le corps de sa victime à l'aide d'une lame de rasoir pour en retirer le cœur, mais c'est l’un de ses poumons qu'il va extraire. Il a goûté puis mangé un morceau cru, et a préféré cuisiné le reste avec des petits oignons, devant le troisième détenu paralysé par la peur.

  • 28 août 2017 : Cinq hommes originaires de l’agglomération rurale d’Estcourt, dans la province du KwaZulu-Natal en Afrique du Sud, sont accusés de cannibalisme. L'un des suspects, s’étaitt présenté au poste de police d’Estcourt le 18 août avec un sac contenant une jambe et une main humaines, en déclarant : " être fatigué de manger de la chair humaine ". Le bruit court qu'il serait sorcier et qu'il a conduit la police vers une maison où d’autres morceaux de corps ont été découverts. Ses aveux ont permit l’arrestation de quatre personnes. Les trentenaires, ont comparu pour meurtre, conspiration en vue de commettre un meurtre et recel de parties du corps humain.

L’Afrique du Sud n’a pas de loi punissant directement le cannibalisme !

On pourrait citer bien d'autres cas de ce genre au 20ème et 21ème siècle tant la pauvreté, la misère et la famine, poussent les personnes affamés à se nourrir de ce qu'elles trouvent ! La phrase est dure, très dure, mais plus le monde comptera de terriens, plus la nourriture manquera ! Triste constat mais il faut bien se rendre à l'évidence, notre globe est surpeuplé et nous mangeons à peu près tout ce qui vit, ce qui cause l'extinction des espèces naturelles et la prolifération des espèces parasites et non comestibles. 
Le clonage, diront certains, est l'avenir de l'alimentation. En effet, l’ agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) tout comme l’autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) ont rendu des avis collégiaux d’experts concluant à l’absence de risque alimentaire pour le consommateur. Le clonage ne pose donc pas de problème de santé publique. Mais l'ethique et la morale rebuteront certains consommateurs. De plus, tout comme moi, vous avez pu constater la dégénérescence de la viande animale qui n'a plus la texture musculaire des poulets ou des lapins d'antan. Leur élevage en milieu fermé et les conditions de leur alimentation a rendu ces "produits" peu nourrissant et souvent rebutant. Qu'en sera-t-il des animaux clonés qui auront les mêmes propriétés que ces derniers ?
Cette solution, de mon humble avis, n'est pas la bonne : Il suffirait aux humains de s'auto réguler en matière de naissances pour permettre à la flore et à la faune de reprendre une croissance bienfaitrice. Dix années ( par exemple) suffirait peut-être à reconstituer un équilibre suffisant pour rétablir une croissance suffisante à ce problème. Ce n'est pas utopique, il suffît de gérer son propre égoïsme et sa faculté de destruction massive. L'être humain est devenu le présurseur de la dévastation et nul ne peut se vanter de ne pas en être complice. Même si, inconsciemment, tu as participé à ce massacre, il est toujours temps de réagir pour panser les plaies ouvertes qui empoisonnent cette façon de "vivre"... C'est juste un constat de citoyen désabusé mais conscient de l'urgence de la situation.
Aiguail

 

Infographie: Les pays les plus peuplés en 2050 | StatistaSoure : Statista


Page précédente Page suivante