14 décembre 2018
Bonne fête Odile

Site mis à jour le
27 juin 2018

Plan du site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez pour imprimer cette page

DIEU, si on en parlait

Page en construction Mis à jour le 10 février 2018 (original de décembre 2007)

Pensée spéciale pour Sylvie

HOMMAGE à Stephen HAWKING plus-bas !

Dieu, c’est qui ? C’est quoi ?

Peux-tu m’expliquer dieu, me le dessiner, me dire son âge ?

Sais-tu que judaïsme, christianisme et islam ont le même Père (le Dieu d'Abraham). Mais loin d’être fraternelles leurs relations sont fratricides. Les trois religions monothéistes croient pourtant en un même Dieu unique : « le Dieu d'Abraham » ! Elles reconnaissent aussi la même lignée de fondateurs et de prophètes que sont Adam, Noé, Abraham, Moïse, Job, David et Jésus. Pourtant c’est une rivalité sanguinaire qui les oppose depuis des siècles, chacune prétendant être seule à détenir « La révélation ».

Une définition succincte de ses trois religions permettra d’y voir plus clair :

Le judaisme remonte à Abraham qui vivait en Mésopotamie environ 2000 ans avant Jésus-Christ. Il était monothéiste (contrairement à tous les gens de son époque) et il reçut un appel de Dieu (Yahvé) pour partir de son pays idolâtre pour chercher une autre terre. Dieu lui fait la promesse d’une descendance nombreuse qui héritera pour toujours d’un pays promis. Cette promesse est confirmée par Dieu à son fils Isaac et au fils de celui-ci, Jacob. Jacob recevra plus tard de Dieu le nom d’Israël, nom qu’il transmettra à sa descendance : le peuple Juif.

Cette promesse est une alliance  envers les « patriarches » (les trois ancêtres) et devient générale envers tout le peuple : « Dieu a choisi ce peuple d’entre tous les autres pour s’allier à lui, le bénir, lui donner un pays et en faire une grande nation, à condition que tous lui obéissent et suivent ses lois. L’alliance envers le peuple est perpétrée par Moïse, lors de la sortie d’Egypte, où les Hébreux vivaient en esclavage. Dieu leur donna Sa loià accomplir : soit les dix commandement. Nous sommes aux environs de –1450 avant J.C…

Le pays de Canaan (l’Israël de l’époque) est alors conquis et les Hébreux s’y installent. Le roi David (celui qui vainquit le géant Goliath) fera de la ville de Jérusalem la capitale d’Israël vers l’an 1000 avant J.C et son fils, le roi Salomon, y construira un templeà Yahvé. L’obéissance à Dieu n’est pas que religieuse, elle régit toute la vie quotidienne de ses adeptes.

Jéhovah est le nom de Dieu révélé dans la Bible. Divinité, dieu; nom commun de la divinité, utilisé aussi comme nom propre pour désigner Dieu tel qu'il fut révélé à Moïse dans la vision du Buisson ardent (Exode, III, 14).

Dieu est désigné dans la Bible par deux noms principaux : Jéhovah et Élohim, (Ex 20:2), « l'Élohim de vos pères, l'Élohim d'Abraham, etc. » (Ex 3:15). Élohim est un nom générique ; comme notre mot français dieu, il est applicable à toutes les divinités. Jéhovah est le nom propre du Dieu d'Israël, l'Éternel, révélé dans la Bible.

Église, Croix, Bois, Christianisme

Le christianisme : est une religion abrahamique fondée sur l'enseignement, la personne et la vie de Jésus de Nazareth, tels qu'interprétés à partir du Nouveau Testament. Les premières communautés chrétiennes naissent au Ier siècle en Judée et dans les grandes villes de la diaspora juive telles que Rome, Éphèse, Antioche et Alexandrie. Son histoire commence donc au I er siècle au sein de la diaspora juive après la crucifixion de Jésus de Nazareth, dont la date probable se situe vers l'année 30. ... Le christianisme se développe dès le II e siècle dans l'Empire romain, mais aussi en Perse et en Éthiopie.

  • Devenu religion officielle de l'Empire romain au IVe siècle, un ensemble de dogmes est défini par les premiers conciles. Les christologies telles l'arianisme et le nestorianisme, déclarées hérétiques dans l'Empire, ne disparaissent pas pour autant et perdureront pendant plusieurs siècles.
  • Au VIIe siècle, l’arrivée de nombreux chrétiens du Moyen-Orient et d'Espagne sous domination musulmane modifie le paysage du christianisme.
  • Au VIIIe siècle la* querelle des images puis le débat sur le Saint-Esprit donnent lieu à de nouvelles controverses qui, ajoutées aux rivalités politiques, aboutissent à la séparation des Églises d'Orient et d'Occident.

* La période iconoclaste de l’Empire byzantin (dite « querelle iconoclaste » ou « querelle des images ») s’étend de 726 à 843. Plus d’un siècle  où  les empereurs byzantins interdisent le culte des icônes et ordonnent la destruction systématique des images représentant le Christ ou les saints, qu’il s’agisse de mosaïques ornant les murs des églises, d’images peintes ou d’enluminures de livres.

Le christianisme européen, parvenu à son apogée, s'étend jusqu'en Amérique à partir du XVIe siècle, au moment même où il se fractionne de nouveau, cette fois en raison de la Réforme protestante. Les guerres de religion qui s'ensuivent mettront plusieurs siècles à s'estomper au profit d'une rivalité plus feutrée, puis d'une recherche d'unité et de tentatives d'œcuménisme.

Les trois grandes confessions chrétiennes, le catholicisme, l'orthodoxie et le protestantisme, regroupent au XXIe siècle près de 2 milliards et demi de fidèles répartis sur tous les continents.

Image associée

L’islam : Selon la tradition musulmane, c'est à partir de 610 que Mahomet, prêche l'islam. Rejeté par les Mecquois, il s'enfuit à Yathrib (Médine) en 622 : c'est l'hégire. Mahomet y fonde une nouvelle communauté religieuse, respectant plusieurs règles communes, puis reconquiert La Mecque et meurt en 632. En tant que chef religieux et politique, Mahomet doit gérer une communauté d'émigrés de la Mecque bientôt rejoints par des convertis de Médine. Très vite, l'islam devient donc à la fois une croyance et un code de vie socioéconomique. Les convertis ont des origines et cultures différentes. L'islam fait fusionner ces différences en une seule communauté, sans faire de distinction entre eux. La tentative d’unification est un échec; le nouveau régime se termine rapidement en guerre civile. Une certaine unité est conservée jusqu'au califat abbasside qui voit se morceler l'empire. Cette période peut prendre le nom de « début du monde musulman. De l' oumma découle une notion de solidarité entre les musulmans. L'islam se veut la restauration du monothéisme primordial, de la foi d'Adam et des prophètes communs aux trois religions abrahamiques. Mahomet voulait s'inscrire dans la continuité du judaïsme et du christianisme et attirer les croyants de ces religions. En raison de cet échec, l'islam devient une nouvelle religion.

« Allah » est tout simplement le mot arabe pour désigner « Dieu », et il n’existe qu’un seul et unique Dieu.  Qu’il n’y ait aucun doute à ce sujet : les musulmans adorent le Dieu de Noé, d’Abraham, de Moïse, de David et de Jésus (que la paix soit sur eux tous).  Il est cependant vrai que les points de vue des juifs, des chrétiens et des musulmans sur Dieu diffèrent.

Durant ses trois premiers siècles, l'islam, en tant que religion, se structure, se développe et met en place certains de ses traits caractéristiques, comme la charia. Ces caractéristiques ne se sont pas toutes figées et ont continué à évoluer dans le temps.

Au moment de sa mort en 632, Mahomet avait réussi à réunir toute la péninsule arabique.

Présence juive dans la péninsule Arabique (au temps du Prophète), récentes guerres israélo-arabes, hybridation culturelle d'Al-Andalus (l'Espagne musulmane de 711 à 1492), cohabitation en Perse, en Irak, ou jusque dans les plaines d'Asie centrale, le « vivre ensemble » devient tumultueux entre juifs et musulmans.

TerreReligions4 

Ce condensé m’amène à dévoiler le constat déduit après différentes lectures. En vérité, depuis des temps immémoriaux, le genre humain s’est évertué à rafistoler, à changer, à corriger, la parole ou le message de dieu (s’il en fût), chacun y allant de son interprétation personnelle suivant son dessein respectif et pour laisser une trace de son passage sur terre. Les évangiles, comme d’autres livres saints de toutes religions, n’ont fait que « prendre du poids » depuis leur création. Certains passages sont devenus indigestes, incompréhensibles, tant les paradoxes et les inepties se côtoient et se contredisent…

Quant aux DIX commandements, il faudrait se mettre d'accord !  Le 8ème dément le 6ème, non, ben lis :

( 6ème) : La traduction classique de ce commandement est Tu ne tueras point. La traduction œcuménique (TOB) dit : Tu ne commettras pas de meurtre (Ex 20,13). Il n'est pas écrit לֹא תהרג / Lo taharoġ, verbe utilisé en particulier quand Caïn tue Abel, en Ge. 4, 8, mais לֹא תרצח / Lo tirṣaḥ.

( 8ème) : La traduction classique est Tu ne voleras point. La Traduction œcuménique de la Bible écrit Tu ne commettras pas de rapt, en visant l'atteinte à la liberté d'autrui, le rapt de personnes pour en faire des esclaves. Les atteintes à la propriété d'autrui sont visées par le dixième commandement Tu ne convoiteras pas...".Ce qui renverrait à Deutéronome 24.7 : Si l’on trouve un homme qui ait enlevé l’un de ses frères, d’entre les enfants d’Israël, et en ait fait son esclave, ou l’ait vendu, ce ravisseur sera puni de mort. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi.

D'autres passages de l'Ancien Testament, comme Lv 20, expliquent qu'une mise à mort doit être prononcée et exécutée dans certains cas de violation des lois. Cela suggère donc que le commandement concerne le meurtre et non la peine de mort dans un cadre judiciaire.

Le Décalogue (en hébreu עֲשֶׂרֶת הַדִּבְּרוֹת : ʿAsereth ha-Diberoth) — les Dix Paroles pour le judaïsme, traduit par les Dix Commandements pour le christianisme , selon les traditions bibliques, de Dieu par Moïse au mont Sinaï.

Dans la Torah, il est écrit que la transmission de ces instructions morales sous la forme de tables gravées provient « du doigt de Dieu ». La Bible parle de « dix paroles » (Ex 34:28 ; Dt 4:13), ce que la version des Septante rend par le mot δεκάλογος / dekálogos, d'où le terme français de « Décalogue ».

Où est la vérité, si il y a "vérité", tant les "textes sacrés" où leur compréhesion, se contredisent !!! Bien d'autres inepties encore ... Faute de places ...

Mais il y a pire, ce sont les pitres lisant de faux épitres, qui profitent de l'innocence de certains croyants, sincères, pour leur faire avaler n'importe quoi :

Naissance de Jésus le 25 décembre alors que ce jour est réservé à une fête païenne : les saturnales en l’honneur de Saturne, marquées par de grandes réjouissances populaires. Dans la bible et selon les Évangiles, on peut lire que les rois mages voyageant pour voir le divin enfant ont vu des bergers gardant leurs troupeaux la nuit et qui vivaient en plein air dans la montagne aux environs de Bethléhem (Luc 2:8) ,,,, Au mois de décembre ????  De qui se moque-t-on : Le choix du 25 décembre ne s’inspire pas d’un précédent biblique, mais de fêtes romaines païennes célébrées en fin d’année ”, vers l’époque du solstice d’hiver dans l’hémisphère Nord (The Christmas Encyclopedia). Citons les saturnales, en l’honneur de Saturne, dieu de l’agriculture, “ et, ajoute l’encyclopédie, les fêtes combinées de deux dieux-soleil, Sol chez les Romains, Mithra chez les Perses ”. Les deux anniversaires étaient observés le 25 décembre, jour du solstice d’hiver dans le calendrier julien. À partir de 274, les Saturnales seront prolongées le 25 décembre par le Dies Natalis Solis Invicti« le jour de naissance de Sol Invictus », le retour du soleil, le rallongement du jour…

La Bible indique que la nuit où Jésus est né des bergers gardaient leurs troupeaux dans la campagne. Luc précise même que des bergers  vivaient en plein air et, la nuit, passaient les veilles à surveiller leurs troupeaux  près de Bethléhem (Luc 2:8-12). Il est donc indiqué  que les bergers vivaient en plein air ; ils ne faisaient pas seulement des sorties durant la journée. Leurs troupeaux étaient à l’extérieur la nuit. Ces indications sont-​elles compatibles avec le temps froid et pluvieux qu’il faisait à Bethléhem en décembre ? Certainement pas. Ainsi, les circonstances qui ont entouré la naissance de Jésus prouvent qu’il n’est pas né en décembre

Ces événements païens seront “ christianisés ” en l’an 350, quand le pape Jules Ier a proclamera le 25 décembre comme jour de la naissance du Christ. “ La Nativité a progressivement absorbé ou supplanté tout autre rite de solstice, lit-on dans l’Encyclopedia of Religion.De plus en plus, l’imagerie solaire a servi à représenter le Christ ressuscité (aussi appelé Sol Invictus), et le disque solaire [...] est devenu l’auréole des saints. ” Pendant longtemps, on fêta la nativité et l'Épiphanie le même jour soit le 06 janvier puis, vers la fin du IVe siècle, elles seront distinctes : le jour de Noël, le 25 décembre, est donc bel et bien une convention doublé d’une invention…

La Bible est muette sur la date de naissance de Jésus. Mais on peut sûrement conclure que ce n’est pas le 25 décembre. La saison froide et pluvieuse débutait généralement en octobre et les bergers, en particulier dans les régions montagneuses comme celle de Bethléhem, conduisaient les moutons dans des abris pour la nuit. C’est en décembre qu’il faisait le plus froid et que, parfois, il neigeait. On pense que Jésus serait né courant Éthanim, mois de l’ancien calendrier juif (septembre-​octobre). Rien à voir avec le Père Noël, en réalité Saint Nicolas, évêque de Myre, ville d’Asie Mineure (Turquie). Presque tout ce qui a été écrit sur Saint-Nicolas est emprunté aux légendes. L’origine du Père Noël, personnage cosmopolite, est issue d'un mélange entre plusieurs traditions, contes, légendes et folklores. L'idée que le père Noël est américain n'est pas tout à fait vraie, elle est liée à l'histoire des migrants newyorkais mais aussi de part le Monde, riche d'emprunts culturels divers. Donc plus ou moins universelle ! De là à faire un amalgame entre la naissance du fils de dieu né du saint-esprit, un père noël issu de l'imaginaire et une fête païenne il faut avouer que... !

Fait significatif, les premiers chrétiens, dont plusieurs ont accompagné Jésus dans son ministère, n’ont jamais fêté sa naissance, quelle qu’en ait été la date. Par contre, conformément à ses instructions, ils commémoraient sa mort (Luc 22:17-20 ; 1 Corinthiens 11:23-26). Certains pourraient toutefois objecter : ‘ Les liens de cette fête avec le paganisme posent-​ils vraiment un problème ? ’ Le fait est qu’ils en posent un à Dieu. “ Les vrais adorateurs adoreront le Père avec l’esprit et la vérité ”, a signalé Jésus Christ. — Jean 4:23.

Examinées à la lumière de la Bible, presque toutes les coutumes liées à Noël sont soient d’origine païenne, soient des déformations du récit biblique. Elles n’ont donc de chrétien que le nom. Comment en est-​on arrivé là ? En accord avec une prédiction biblique, nombre de faux enseignants ont fait leur apparition des siècles après la mort du Christ (2 Timothée 4:3, 4). Ces individus sans scrupules se souciaient davantage de conformer le christianisme au goût des masses païennes que d’enseigner la vérité. D’où l’adoption progressive de fêtes païennes populaires, qu’ils ont qualifiées de “ chrétiennes ”. Donc qui peut expliquer ce qu’est DIEU ? Sous le couvert de la Religion dieu a pris toutes les formes inimaginables. Il faudrait beaucoup de pages pour tous les décrire et les identifier, en analysant toutes les religions. qui d'ailleurs ne promettent pas toutes l’enfer à qui désobéira ou cessera de croire. D'ailleurs, l'idée d'une innocence naturelle de l'enfant est bannie par les prédicateurs pessimistes qui pense, comme tout disciple du Christ, que l'enfant est guetté et assailli par les démons à l'affût de lui inculquer des tendances perverses et vicieuses...Ben dieu, t’es fâché ?

Il faut savoir que les "instructeurs des affaires judiciaires" incorporent volontiers aux questions de l'interrogatoire du prévenu une demande concernant l'identité et le statut de ses parents afin de juger de son instruction morale. L'investigation porte également sur la réputation des parents qui doivent être de prudes et honnêtes personnes, au risque d'être "punis" aussi pour avoir laissé le prévenu se rebeller en parjurant par exemple :

" un enfant de cinq ans pris par le Diable « entre son pere et sa mere par ce qu'il li soufroient a jurer villainnement de Nostre Segneur. Et est corps et ame en enfer, ce dit saint Grégoire "

Dans "la nôtre "de religion", nombre de chrétiens ont péri par les flammes de l’inquisition sous prétexte divers et anodins…  Ces psychopates torturaient, anéantissaient, détroussaient, assassinaient avec la bénédiction de l'entité papale et la passivité seigneuriale. D'autres profitaient, et profitent encore, de leur confession pour abuser des enfants pubères ou adolescents avec l'assentiment de leur hiérarchie et dans l'insouciance de gouvernants bien lascifs. La religion n'a jamais voulu éduquer ni cultiver "Ses" "enfants". Les laisser dans l'ignorance était bien trop bénéfique et un être non pensant obéit, et fini persuadé qu'il est normal et bon d'être corvéable à merci pour être reçu dans le royaume "de dieu". Même l'acte d'Amour devient aux yeux de l'Église un péché de chair. La suppression de la liberté devient louable dans sa charité et le besogneux est persuadé qu'il lui faut suer au labeur pour vivre et nourrir sa famille. Ce sont là les conditions pour être bon chrétien.

Tu remarqueras qu'ABRAHAM est révéré tant par les juifs que les musulmans et les chrétiens; Abraham a été qualifié de “ personnage-clé des trois religions du Livre ” et de “ géant de la foi ”. La Bible le nomme “ le père de tous ceux qui ont foi ”. — Romains 4:11.

Alors qui est "le Père" ? Dieu, Abraham (Ibraham), Adam, ton père ?

Abraham serait né en -2018 avant notre ère et il aurait grandi à Our. (Genèse 11:27-31). Les habitants de cette cité étaient idolâtres. Térah, son père, pratiquait donc le culte des idoles (Josué 24:2). Pourtant et nul ne sait pourquoi, Abraham choisit de n’adorer que Jéhovah et rejette le culte des autres dieux et de leurs idoles inertes.

Pourquoi a-t-il pris cette décision ? Certains affirment que pendant 150 ans il a été le contemporain de Sem, un des fils de Noé, ce qui suppose qu’il a eu l’occasion de fréquenter cet homme beaucoup plus âgé que lui et qu'il l’a entendu expliquer comment il a survécu au déluge. Aurait-il adorer Jéhovah le Dieu, parcequ'il avait préservé Sem et ses proches durant ce cataclysme ? Ou interprétation politique pour imposer un dogme visant à asservir des populations entières ?

Certains peuvent-ils affirmer catégoriquement que c’est par Sem en personne qu’il aurait entendu parler du vrai Dieu.  Proverbes 17:3 ; 2 Chroniques 16:9. *Abraham habitant Our, Dieu lui aurait demandé de se mettre en route vers le pays qu’il lui montrerait. Abraham et Sara ignoraient où ils devaient se rendre et pourquoi Dieu leur demandait de partir. Ils ont pourtant obéi à l’ordre divin et ont finalement élu domicile au pays de Canaan, passant le reste de leur vie sous des tentes. — Actes 7:2, 3 ; Hébreux 11:8, 9, 13.

À l'origine Abraham s’appelait Abram et sa femme Saraï. Mais un jour Dieu a décidé de changer leurs noms : Abram se nommerait désormais Abraham, ce qui signifie “ père d’une multitude ”, et Saraï deviendrait Sara, nom qui veut dire “ princesse ”. (Genèse 17:5, 15.)

* Abraham serait mort à 175 ans soit : - 2018 - 175 = en -1843 avant JC... Selon Genèse 12:4, Abraham avait 75 ans quand il a quitté Charan. Cela est confirmé par Genèse 21:5 qui indique qu'Abraham avait 100 ans dans le pays de Canaanà la naissance d’Isaac. Or selon Actes 7:4 (discours d’Étienne), Térakh venait de mourir. Le texte de Genèse 11 et 12 fait comprendre la même chose. Térakh avait donc 130 ans quand Abraham est né (205 - 75, car Térakh est mort à 205 ans, Gen. 11:32). Pourtant Genèse 11:26 semble indiquer que Térakh avait 70 ans quand Abraham est né ? (Genèse 11 v 26 dit : « Térakh vécut 70 ans et engendra Abram, Nakhor et Haram »).

et encore : Alors qu’Abraham avait 99 ans et Sara près de 90, Jéhovah leur a promis qu’ils auraient un fils. D’un point de vue humain, c’était impossible, mais ils ont bientôt compris qu’il n’y a rien “ qui soit trop extraordinaire pour Jéhovah ”. (Genèse 18:14.) Un an plus tard, devenu centenaire, Abraham a eu un fils, qu’il a appelé Isaac (Genèse 17:21 ; 21:1-5). Dieu lui a précisé que ce serait par le moyen d’Isaac que de grandes bénédictions seraient accordées à l’humanité.

           .....     D’un point de vue humain, c’était impossible ? ? ?

        - Pourtant Sara a accouché à 91 ans, donc en - 1918 ? ? ? 

        - Comment Marie a-t-elle pu enfanter Jésus en étant vierge ? ? ? 1843 ans après ? ? ?

   

 

 

Le Père Noël : L'imagerie française montre vers 1870-1890 le père noël en tant qu’un vieil homme habillé d'un manteau principalement vert et parfois bleu. Un peu avant 1914, il s'habille de rouge. La légende du Père Noël est assez compliquée : Il est issu d'un triple mouvement, l’américanisation, l’uniformisation et la déchristianisation et est popularisé dans la deuxième moitié du XIXe siècle aux États-Unis, nation d’immigrants à majorité protestante qui traînent les traditions européennes et les légendes nordiques, leurs rennes, leurs lutins et leurs sapins. Il prend le nom de Santa Claus, directement inspiré du saint Nicolas des Flandres néerlandaises.

Pere noel 23

En 1821, le livre A New-year’s present, to the little ones from five to twelve (Un Cadeau pour le nouvel an aux petits de cinq à douze ans) est publié à New York (sous l’influence des Hollandais qui, en fondant la Nouvelle-Amsterdam au XVIIe siècle, importent le Sinter Klaas). Il contient le poème anonyme « Old Santeclaus » où est décrit un vieil homme qui apporte des cadeaux aux enfants sur un traîneau tiré par des rennes. C’est surtout le 23 décembre 1823, que le journal Sentinel de Troy, dans l'État de New York, publie anonymement (mais attribué au professeur américain Clement Clarke Moore ou au major Henry Livingston Junior) le poème A Visit from St. Nicholas dans lequel saint Nicolas est présenté comme un lutin sympathique, dodu et souriant, qui distribue des cadeaux dans les maisons et se déplace sur un traîneau volant tiré par 8 rennes (+1) nommés respectivement :

  • (Dasher), Tornade
  • (Dancer), Danseur
  • (Prancer), Furie
  • (Vixen), Fringuant
  • (Comet), Comète     
  • (Cupid), Cupidon
  • (Donder), Tonnerre
  • (Blitzen), Éclair
  • (Rudolph), Rudolphe né en 1939 pour guider le traîneau dans la tempête...

Résultats de recherche d'images pour « rennes et traîneau du pere noel »

Ce poème jouera un rôle primordial dans l’élaboration du mythe actuel : il reprenant les attributs de saint Nicolas (barbe blanche, vêtements rouges et hotte) mais troque sa mitre, sa crosse et son âne pour un bonnet rouge, un sucre d'orge et un traîneau et il congédie le fameux père Fouettard. En 1863 la Presse fixe la figure du père Noël que nous connaissons aujourd'hui, un joyeux vieillard dodu à barbe blanche, pantalon bouffant retenu par un ceinturon noir et vareuse bordée de fourrure blanche, bonnet rouge et hotte remplie de jouets), puis traduit en plusieurs langues et diffusé dans le monde entier…

L'idée selon laquelle le père Noël aurait été dessiné par la compagnie Coca-Cola en 1931 est une légende urbaine. Au cours des années précédentes, certaines représentation du père Noël le représentait déjà ainsi avec l'aspect qu'on lui connaît aujourd'hui, y compris sa couleur rouge, utilisée dès 1866, et même avant, comme aux Pays-Bas.

J’espère sincèrement que ces informations historiques t’apporteront réflexion et discernement quant aux balivernes et charlatanisme dont nous sommes malheureusement victimes pendant notre enfance… mais aussi pour quelques esprits crédules qui trouveront peut-être matière à remettre en question, non leur foi, mais leur attraction pour la religion ou le sectarisme. Effectivement tu as la liberté d’avoir la foi par la spiritualité sans la contrainte de la religion.

Un jour de messe (ou autres), l’un des représentants de ton diocèse t’as sans doute prévenu que tu risquais l’excommunication ou la colère de dieu en cas de péchés. Ceux qui étudient la Bible savent que « le péché impardonnable » existe, c’est une  terrible transgression qui te rend « rebelle à dieu ». Si tu te repends, tu seras pardonné, sinon : quiconque blasphèmera contre le Saint-Esprit n’obtiendra jamais de pardon : il est coupable d’un péché éternel » (Marc 3 :28-29). Cela se nomme « chantage sur la personne ». Le blasphème  est une « parole qui outrage la divinité, une insulte à la religion » ou une « parole injurieuse contre une personne ou une chose respectable ». Imaginons que tu sois croyant et que tu perdes toute ta famille lors d’un incendie provoqué par la foudre. N’auras-tu pas tendance à maudire ou injurier celui en qui tu plaçais ta confiance éternelle. Le blasphème peut donc être le résultat d’un chagrin extrême tout autant qu’un droit d’exprimer sa pensée. Pourtant : quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir » (Matthieu 12 :31-32). C’est de la dictature et une malédiction :

  • [Son père] lui commande, sous peine de malédiction, de vouer sa vie à la cause sainte qu'ont défendue ces martyrs (Sainte-Beuve,Tabl. poés. fr. au XVIes., 1828, p. 144).
  • Les malédictions du Deutéronome, de Jérémie, des prophètes.Si vous désirez devenir la femme d'un juif, même converti, vous vous exposez à une malédiction effrayante, et je vous le dis de la part de Dieu (Bloy,Journal, 1894, p. 117)
  • Le psaume CVIIIe, qui contient les malédictions appliquées par les Actes des apôtres à Judas Iscariote: «Que ses jours soient en petit nombre; que ses fils deviennent orphelins et sa femme veuve. Que l'usurier dévore son bien, et que des étrangers enlèvent le fruit de ses travaux; qu'il n'y ait pour lui ni aide ni pitié; que ses enfants meurent et que son nom périsse en une seule génération.» Thierry,Récits mérov., t. 2, 1840, p. 164.

Quantité de malédictions au nom de dieu figurent dans les écrits canoniques. Il est tout de même curieux de proférer de telles menaces tout en étant serviteur de dieu ?

  • Chez les hébreux : Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins ; de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce ? » (Hébreux 10 :27-29).

Que de menaces de châtiments, on peine à retrouver dans ces lignes tout l’Amour promis par la sainte trinité. Il faut aussi noter que pour le droit canonique : 1250 subst. « droit des prémisses que l'on payait aux évêques en Orient » (Ass. de Jérus., I, 30 ds Gdf. Compl.)

Beaucoup de gens confondent la religion et la spiritualité comme ils craignent les phénomènes mystérieux et surnaturels. D’autres comparent les religions à des sectes. En essayant d’analyser, d’étudier et de comprendre le sens même de la spiritualité, on peut finaliser vers une prise de conscience permettant de conclure qu’il n’existe rien de mystérieux ni de surnaturel à comprendre son intériorité. La spiritualité n’est pas le message divin. Il n’y a pas de dieu dans la spiritualité. Ta recherche de Toi ne peut-être que bénéfique et ton meilleur guide est ta personne.

S’incliner devant un caillou, prier en s'adressant à deux bouts de bois croisés, ou s'agenouiller et se soumettre à un homme se disant supérieur et représentant élu d'une entité, vénérer une idole soi-disant représentative de dieu, n’est que le résultat d’un conditionnement, ou d’un lavage de cerveau, exercé pour amener à la servitude et la soumission. Le pire est que ce sont nos propres parents qui nous mènent à cet abattoir de conscience. Ces feignants sont des trafiquants d’esprit, des receleurs de mémoire, des bouchers de la volonté, des charlatans de la spiritualité, souvent des pédophiles lâches, pompeux et sournois et combien de psychopates ont libérés leur bestialité au nom sacré de la sainte cause...

 

Les religions sont fondées sur l’expérience spirituelle d’un personnage, pour qui les bases de ce « concept » sont simples et essentielles à l’origine, c'est mon avis. Mais ensuite seront rapportées  des règles, des interdictions, des menaces et même des Lois et des punitions d’aller simple en enfer, à seule fin de domination des foules et d’asservissement des esprits, ce pouvoir étant géré par quelques individus représentatifs de l’ordre d’une mystérieuse entité. Pourtant les religions ne sont que des sectes à grande échelle, destinées à priver le futur esclave de sa légitimé de penser, à l’asservir par une discipline ciblant la valorisation d’elles-mêmes, jugeant de l’obéissance, ordonnant les croyances et intervenant aussi dans la vie sexuelle des soumis. Donc à l’opposé de leur principe premier : la libération des âmes ! 

La spiritualité est avant tout le choix de tes propres rites si tu as décidé d’en pratiquer. La gérance de ta foi  et la résolution de tes croyances diverses. L’introspection de soi-même jusqu’au tréfonds de ta vérité. Ce sont tes expériences qui te dirigent à prendre le chemin qui te semble bon et non celles d’un individu qui te déplace sur l’échiquier de son jeu. La Nature est alors ton terrain de connaissances et ses habitants tes guides spirituelles, c’est philosophiquement mon humble avis. Fort de cet apprentissage, tu grandiras par l’enseignement de ce qui t’entoure, ne craignant ni le noir de la nuit ni l’éblouissement soudain. L’éveil surgira peut-être et, pourquoi pas, l’illumination, mais en tous cas la liberté de tes actes restera inaliénable dans ton esprit apaisé. La méditation est un chemin d’introspection qui doit éclaircir la vie intérieure en projetant, pourquoi pas, de remonter jusqu’aux sources de la conscience..

La  religion utilise tes peurs et tes angoisses, ton questionnement enfantin pour mieux t’intégrer dans son système d’assujettissement. L’église dans l’esprit de beaucoup est la Maison de dieu, mais pas « maison de pierre et de bois » car dans la bible l’église est invisible, elle est partout même en toi. L’église à laquelle tu songes sans doute, celle fastueuse qui n’est pas, comme elle devrait l’être, La société dépositaire de la vraie religion, c'est-à-dire de la vraie foi et du véritable culte. Celles que l’on voit et qui devraient rester ouvertes la nuit et les jours fériés pour abriter les sans-abris, les vagabonds et les croyants en besoin de confession, n’est qu’un vulgaire lieu de rassemblement où un type déguisé chante en latin ( langue qu’il ne maîtrise pas la plupart du temps ce qui revient à dire que parfois il ne sait pas même ce qu’il raconte) puis, sans honte aucune, envoie de pauvres gosses faire la manche pour se payer son vin de messe et ses gaufrettes au goût insipide, sans penser que la plupart des gens sont des pauvres, souvent meurtries par le destin (par dieu ?) qui ne recherchent que la chaleur humaine pour quelque temps.

L'Église n'a été si dure pour les hérétiques que parce qu'elle estimait qu'il n'est pas de pire ennemi qu'un enfant égaré (Camus, Sisyphe,1942, p. 153)

 L’église et son personnel n’a  attiré et n’attire les hommes que pour accéder à un pouvoir vénal, d’ordre matériel. Sa cupidité n’a d’égale que l’abondance et la somptuosité de ses « richesses ». Pourtant l’église te fait la quête, si, si. Elle te demande de participer aux frais alors qu’elle refuse le gîte, la chaleur et le couvert aux sans abris en période glaciale ! L’église est injoignable quant tu as besoin d’une aide immédiate alors que sa fonction première est hospitalière, un comble ! Le Vatican est le plus petit état du mode mais le plus riche… le savais-tu ?

Berceau mondial du Catholicisme, Le Vatican est l’état le plus petit, le plus riche et le plus puissant du monde. La Chapelle Sixtine est estimée entre 400 milliards de dollars jusqu'à 2 billions de dollars pour ce seul chef-d'œuvre. Le flux de trésorerie du Vatican est de centaines de millions par an, les participations individuelles dans la Banque du Vatican totalisent peut-être 15 milliards de dollars, les biens détenus par le Vatican valent plus d'un milliard de dollars, et l'Église possède le plus grand magasin de l'art le plus inestimable au monde. Une estimation étant impossible devant tant de richesses artistiques, immobilières et financières, sans doute ne saurons-nous jamais exactement l'immensité de la fortune de cet état !

 

Photo panoramique de la place Saint-Pierre, avec en son centre l'obélisque, et la basilique en arrière plan

Place et basilique Saint-Pierre, 1909

Le Vatican est un état souverain indépendant d’à peine 44 hectares, gouverné par une monarchie présidée par le Pape. Ancien état pontifical datant de l’an 700, il fut officiellement déclaré indépendant de l’Italie en 1929 suite aux accords de Latran.

La cité du Vatican compte moins de 1000 habitants et possède son propre système de gestion politique économique et financière. Le Latin est considéré comme la langue principale. Les distributeurs d’argent proposent même le latin comme langue. Quant aux papes et cardinaux, ils conversent souvent en latin, la langue commune au sein du Vatican. Il existe un passage souterrain de presque un kilomètre (le Passetto di Borgo) reliant le Vatican au Château Saint Ange (Castel Sant’Angelo), censé protéger les papes en cas d’attaque de la cité. Il sauva d’ailleurs la vie du Pape Clément VII en 1527 pendant le sac de Rome. Les musées sont de véritables coffres forts. Construits au 16ème siècle par le pape Jules II, ces magnifiques édifices (parmi les plus grands du monde) abritent d’immenses collections d’œuvres d’art, dont de nombreuses datent de la Renaissance, accumulés par tous les papes du Vatican au fil des siècles. Une cinquantaine de galeries remplies de trésors incluant la Chapelle Sixtine et son magnifique plafond peint par l’artiste italien Michel Ange. La Basilique Saint-Pierre, quant à elle, fut construite sur une colline où de nombreux Chrétiens (dont Saint-Pierre) furent exécutés et enterrés par l’empereur Néron en l’an 64.

*Voir l'estimation par Mediapart en bas de rubrique

                                           fleche ressort 

L’apocalypse ne veut pas dire catastrophe mais révélation

Dans l’apocalypse dieu dit : « Voici je me tiens à la porte et je frappe, si quelqu’un entend ma voix, j’entrerais, je souperais avec lui et lui avec moi » c’est pas marqué : « Je m’impose à vous sinon si je vous détruit », il y a le respect de notre volonté : « Je me tiens à la porte de votre for intérieur, je ne peux pas rentrer et partager quelque chose avec vous si vous me laissez dehors, ma volonté c’est d’entrer, mais malgré ma toute puissance je respecte la volonté de chacun d’entre vous. » Est-ce qu’une seule religion a présenté les choses de cette façon. Non c’était la menace d’une punition, fait ceci ou cela sinon tu finiras en enfer. Dieu ce ne peut être ça, l’enfer dans la bible n’existe pas.

Toutes les religions ont leurs tares :

  • Les systèmes à méditation, dont l’hindouisme, ont été dénoncés par Jean Vaquié (entre autres). La méditation est un leurre, un placebo à défaut de compréhension véritable de l’origine et de l’évolution de l’univers (voir PDF – le danger hindouiste – Jean Vaquié)
  • L’illumination est un concept occultiste destiné à tromper, pour exemple : la « transcendance  » maçonnique.
  • la spiritualité demande à se libérer des carcans de la religion
  • Une élévation collective de la société serait plus profitable … Je suis philanthrope, philosophe et progressiste en valorisant la laïcité pour fondement de moi-même aiguail
  • Pour un chrétien Dieu est 3 personnes, il est autre en son Un, plus clairement il est 3 en 1 quoi ! . Chaque personne est unique et nous sommes à sa ressemblance, au point d’être ses enfants (et si je demandais à Papa de payer mes factures de fin de mois)… Si bien que la vie mystique chrétienne se nourrit du mystère de la Sainte Trinité.

Lorsqu’on suit quelqu’un d’autre que soi-même, on s’éloigne du moi et on perd son âme… Pratiques de l’église moderne pour domestiquer ses « ouailles », ses esclaves, ses moutons …

Il faut Apprendre à se connaître par Soi-même, sans chercher à se comparer aux autres, car chacun est unique et donc libre de ne pas se baser sur des textes religieux ou sectaires pour avancer et prendre le chemin qui te convient. La religion n’est qu’une machine de conditionnement massif lorsqu’elle ne repose pas sur la spiritualité, une idéologie primitive devenue archaïque en empêchant tout éveil spirituel, il faut le savoir. La religion, présente en toi, dirige tes actes et commande tes devoirs. Les interdits qu’elle applique à ton égard sont présentement une atteinte à la dignité humaine et à son droit universel, une atteinte à la liberté individuel et, plus souvent qu’on ne s’en doute, une non assistance à personne en danger…

  • Désespéré, tu appelles au téléphone et en pleine nuit, ton curé. Ou il ne répondra pas, surtout si tu appelles le numéro public, ou il te dirigera vers la police, vers ton docteur ou bien vers l’hôpital mais en aucun cas il ne se déplacera pour t’assister à ton chevet ou te conviera à te rendre dans son domaine.
  • Tu tambourines en pleine nuit à la porte de la sacristie pour un motif quelconque : Tu trouveras porte close ! L’entrée de l’église ? Mais c’est fortement verrouillée mon brave !

L’asservissement de la spiritualité par la verticalité, concept parfaitement compatible avec toutes sociétés pyramidales.

La verticalité est essentiellement la dimension de CONSCIENCE de l’être humain capable de "connaissance de soi", c’est-à-dire d’observer la manière dont il vit, pense et agit dans l’horizontalité de son existence. Car le fait de vivre, d’agir et de penser relève de la dimension horizontale, alors que la dimension verticale va se mettre à exister à partir du moment où nous commençons à sentir la manière dont nous vivons et où nous acquérons la capacité de nous regarder en train d’agir et de penser : ce qui signifie que cette dimension peut très bien rester une simple potentialité au sein de l’individu sans jamais, ou très rarement, avoir l’occasion de s’actualiser(science-de-la-conscience-magazine)
Soumettre, diriger et contrôler, ta Vie, spirituelle, et matérielle. Une idéologie primitive et rétrograde empêchant tout éveil spirituel. 

Une chose est certaine : Personne ne détient la vérité suprême. Il n'est donc pas nécessaire de s'emporter pour faire valoir ses convictions. J'ai apporté mes arguments avec précision, s'en rien "inventer", sans pratiquer de "désinformation" comme le font beaucoup d'individus lorsqu'ils sont passionnés et souvent persuadés de savoir ! Seul un être intègre et dépourvu de défauts, digne et franc et surtout ancestral, donc qui auait vécu ces évènements, pourraient apporter un témoignage probant. Ce ne sera, sans doute possible, jamais le cas et il faut donc se résoudre à supposer, à analyser scientifiquement au grand dam de l'église qui voudrait affirmer sans preuve aucune. Si l'on considère en toute objectivité tous les manuscrits religieux, il y a de quoi se morfondre sur la véracité des textes. C'est d'ailleurs la foire "à l'empogne" entre les différentes religions et sectes qui prétendent avoir les traductions exactes et les textes les plus anciens alors que la bible, par exemple, vient du grec ancien τὰ βιβλία (ta biblia), un substantif au pluriel qui signifie « les livres », soulignant son caractère multiple. Peut-être rassemblerai-je un jour les différents textes trouvés jusqu'à aujourd'hui, sacré boulot, et tu pourras constater la divergence et les particularités de chacun.

La Bible est un ensemble de textes considérés comme sacrés chez les juifs et les chrétiens. Les différents groupes religieux peuvent inclure différents livres dans leurs canons, dans un ordre différent. Les textes des livres eux-mêmes ne sont pas toujours identiques d'un groupe religieux à l'autre.

Pour te faire une idée de cette multicilplé de textes, en voici un condensé succinct :

Les rudiments fondamentaux de ces canons sont sans doute ceux de la Bible hébraïque (canon massorétique) qui est reconnu par le judaïsme rabbinique, et celui de la Bible grecque (Septante) qui est reconnu par la plupart des Églises d'Orient et d'Occident.

  • La Bible hébraïque est appelée Tanakh et comporte trois parties : la Loi (Torah), les Prophètes (Nevi'im) et les Écrits (Ketouvim).
  • La Bible grecque se compose de quatre parties : le Pentateuque, les Livres historiques, les Hagiographes et les Prophètes.
  • Les chrétiens ont nommé cette dernière liste de livres l'Ancien Testament dès la moitié du IIe siècle, afin de la différencier du Nouveau Testament.
  • La Septante est écrite dans un autre langage. Elle diffère de la Bible hébraïque par le fait qu'elle incorpore des livres supplémentaires, dits « deutérocanoniques », et que le texte des livres « canoniques » diverge parfois, l'ordre et l'importance des livres y étant différents.

Dans  la Bible hébraïque les trois différentes parties sont canonisées. Les textes sont proportionnellement consolidés en plusieurs étapes :

Le texte " protomassorétique ", précurseur du texte massorétique, est définitivement stabilisé à la fin du Ier siècle.

Les textes du Nouveau Testament sont rédigés entre le milieu du Ier et le début du IIème siècle, mais leur canonisation n'a lieu qu'au cours des IIIème et IVème siècles.

On constate déjà la complexité de démêler l'ensemble pour tenter de comprendre, non ?

N'oublions pas que c'est le bouche à oreille qui a véhiculé les écrits originels pendant des générations. Tu connais certainement le jeu où on se transmet une phrase dans l'oreille en formant une chaîne ? La phrase est généralement incompréhensible et totalement différente quant on arrive en fin de chaîne...

Je me pose (encore) une question : Si Dieu existe, qui l'a créé lui ?

Méat coule pas ... LOL

Aiguail

Voici malheureusement un témoin important de cette opinion qui est nôtre. Repose heureux et en paix, Stephen, ton calvaire physique est sans doute fini et tu dois savoir à présent, peut-être, si tes théories sont les bonnes...

💥« La Science est suffisante pour expliquer l’origine de l’univers. Il n’est pas nécessaire d'avoir Dieu ». Stephen Hawking est âgé de 76 ans

L'astrophysicien Stephen Hawking a plusieurs fois exposé son athéisme, estimant que "personne n'a créé l'univers".

Toute sa vie Stephen Hawking a tenté d'élucider et de comprendre les origines de l'univers. Sa plus grande ambition fut :

"comprendre complètement l'univers, pourquoi il est comme il est et pourquoi il existe".

Sans concevoir le sens et l'origine du cosmos, il est manifestement ardu de le comprendre et la vision du savant était lucide sur les théories religieuses...

Il aimait à comparer, et prévenir, une rencontre avec des extraterrestres affirmant qu'elle serait aussi néfaste que celle des Indiens avec Christophe Colomb. Il alertait aussi contre une future intelligence artificielle qui pourrait " anéantir la race humaine". Le physicien a exposé plusieurs fois son athéisme et ses avis, concernant des sujets sensibles, étaient assez tranchants :

" Pas de paradis ni de vie après la mort" disait-il.

Lors du premier épisode de la série documentaire américaine "Curiosity" en 2011, sur le thème " Dieu a-t-il créé l'univers ? ", Stephen Hawking donnait une réponse particulièrement négative :

God Does Not Exist - Stephen Hawking

L'avis d'EINSTEIN

Dieu existe t'il ? Albert Einstein sous titre français

aiguail

***************************************************************************************************************************************

INFOS !

Estimation : Partie du texte original du 11 mars 2014 par : blogs.mediapart.fr/theo-rifumeuse/blog

Vêtu d’une simple soutane et d’une croix de fer, il a royalement renoncé aux appartements de ses prédécesseurs pour opter pour un tout simple 3 pièces dans une résidence collective.

Gonflé le gars ! Et encore, si il s’était arrêté là. Que nenni ! Il a dans le même temps prié ses cardinaux, vous savez, les gars en mozette rouge sur un superbe rochet de dentelle blanche, de remiser leurs grosses cylindrées et, outrage suprême, exigé de la très opaque banque du Saint-Siège qu’elle publie le liste de la totalité de ses avoirs.

Shocking !!!

Bon, quand on y regarde de plus près, entre son patrimoine immobilier, ses œuvres d’arts  et son tas d’or, le tout petit Etat reste bien assis, … justement sur un tas d’or !

Rendons à César, ou plutôt à François, ce qui lui appartient !

Depuis son arrivée ; les dépenses ont diminuées :

-         la voiture papale est passée de la Volkswagen Phaeton à la Ford Focus, donc de 86000 à 12000 euros

-         le logement du big boss de l’église catholique est passé de300 m2à90 m2

-         Le coût de la crèche de noël est passé de 550 000 euros en 2009 à 110 000 euros en 2013 (sacrée économie !)

Bon, ok, l’église est toujours aussi peu généreuse avec ses salariés, les rémunérations moyennes en Europe sont de :

-         3000 euros pour un cardinal

-         1300 euros pour un évêque

-         800 à 1000 euros pour un prêtre

-         et quand même 2500 euros pour la retraite de Benoit XVI

Bon, ça fait pas lourd. Pas de quoi susciter des vocations. Encore qu’ils ont fait vœu de pauvreté, alors…

Alors les choses se gâtent quand on regarde d’un peu plus près le patrimoine du Vatican.

En patrimoine immobilier, rien qu’en Italie, le Vatican c’est :

-         115 000 immeubles

-         23 000 terrains

-         9 000 écoles

-         4 000 hôpitaux et centres de soins

Le musée du Vatican qui détient 70 000 œuvres pour une valeur estimée de 90 milliards d’euros et des recettes annuelles sur les ventes de billets de 91,3 millions d’euros. Doit bien rester quelques subsides pour les pauvres !

La banque du Saint-Siège, le gros morceau, c’est :

-         3,3 milliards d’euros d’obligations

-         1,2 milliard d’euros de dépôts

-         194 millions d’euros de fonds d’investissement

-         100 millions d’actions

Tout ça pour un bénéfice de 86n6 millions d’euros, selon les chiffres 2012.

A ceci, il faut rajouter 2 tonnes d’or !

Mais reconnaissons qu’avec ces menues rentrées le Vatican est un état bien géré avec 862 millions d’euros de recettes pour 834 millions d’euros de dépenses.

Ce qui est amusant c’est de regarder les répartitions.

Pour les recettes :

-         368 millions de dons des fidèles

-         150 millions de recettes commerciales (souvenirs, timbres)

-         128 millions de loyers et produits financiers

-         91,3 millions des musées

-         54 millions apportés par la banque du Vatican

-         24 millions venant des diocèses

-         46,7 millions intitulés autres sans que l’on ne sache vraiment de quoi il s’agit. Ca doit être la volonté divine.

Et pour les dépenses :

-         324 millions de frais de personnel. Doit y avoir du monde parce que les salaires sont pas gras.

-         252 millions de dons

-         112 millions d’achats divers. Faut bien se nourrir…

-         30 millions de budget communication

-         28 millions d’impôts et taxes foncières

-         12 millions reversés aux diocèses (pour 24 piqués !)

-         76 millions autres (ça reste nébuleux)

Bref, voilà un tout petit aperçu des ressources de l’église catholique et de ses dépenses. Mais il faut reconnaître à François qu’il est une formidable machine à cash. Son déplacement au Brésil a rapporté 552 millions d’euros en retombées économiques pour un coût de voyage de 45 millions et 3 millions de participants.

On devrait peut être l’embaucher comme commercial !

 

 

 

 

 

 


Page précédente Page suivante