24 juin 2018
Bonne fête Jean-Baptiste

Site mis à jour le
23 juin 2018

Plan du site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

UNIVERS, la NASA

Page en construction

 

Konstantin Tsiolkovski. Archives Nasa

Konstantin Tsiolkovski /Photo archives Nasa

Alors qu'en France Esnault Pelterie, le père de l'astronautique, est tout bonnement considéré comme un grand rêveur, les savants russo-soviétiques progressent dans le domaine de l'Astronautique...

- 1895 : Tsiolkovski étudie la propulsion par réaction

- 1919 : Le lettonien F. Tsander construit un moteur-fusée ORI, réalisé et expérimenté avec succès en 1930.

- 1929 : Kondratiouk publie une étude à Novossibirsk où il complète le travail de Tsiolkovski. Un ouvrage "La conquête des espaces interplanétaires" où il prédit que dans 40 ans, un module contenant des passagers se détachera d'un satellite en orbite autour de la Lune et s'y posera. En 1969, Apollo 11 s'y posait...

- 17 août 1933 : Les premières fusées à *propergols liquides (oxygène/alcool) mises au point par Youri Kondratiouk (1897 - 1942) et Friedrich Zander (1887 - 1933 , sont lancées et intriguent leurs premiers observateurs. Les deux Russes ont en réalité piochés et continués les travaux réalisés, dès 1903, par celui qui est considéré comme le père de l'astronautique : le Russe Konstantin Tsiolkovski. Ils ne pouvaient prétendre méconnaître Tsiolkovski qui avait publié quelques 675 ouvrages techniques, et ils appliquèrent assurément ses principes écrits.

* Le propergol est un mélange d'ergols assurant la propulsion des moteurs-fusées. Un propergol est constitué d'une substance ou d'un ensemble de substances contenant un comburant et un combustible.

Tsiolkovski, instituteur de son état, conçoit les premieres théories rationnellement plausibles pour l'exploration interplanétaire, au moyen de vaisseaux animés par moteurs-fusées, (trains cosmiquesà l'époque). Ce sont les fusées à étages superposés qui seront utiliser quelques décennies plus tard.

Kondratiouk étudia tout particulièrement :

  • les problèmes liés à la dynamique
  • la construction des fusées
  • l'établissement des équations fondamentales du calcul des trajectoires
  • leur adaptation à l'usage d'étages multiples
  • Il est le premier à émettre l'hypothèse du freinage d'un vaisseau par les hautes couches de l'atmosphère d'une planète.

Quant à Zander, ce fut le technicien.

- 1908 : Il se spécialise dans le turboréacteur

- 1917 : il s'oriente vers les fusées spatiales ayant compris les immenses possibilités qu'elles pouvaient apportées.

- 1929/1933 : Il construit son premier moteur fusée à propergols liquides, le GIRD-10, pour le compte du GIRD (Gruppa Isutcheniya Reaktivnovo Dvisheniya, ou groupe d'expérimentation  pour le vol à réaction), organisme qu'il avait fondé en collaboration avec un certain Sergei Korolev, autre pointure de l'astronautique soviétique !

- 17 août 1933 : Ce même moteur arrachera du sol la première fusée à propergols liquides.

Friedrich Zander, sur un timbre soviétique.

L'engin était très comparable à la future V2 allemande. Même structure, pratiquement les mêmes propergols et, surtout, le même objectif : explorer l'espace. Car si le rêve avoué de Von Braun fut d'envoyer un homme sur la Lune avant de voir son projet détourné vers l'utilisation militaire que l'on connaît, celui du GIRD de Korolev était lui aussi résolument pacifique. Il subira d'ailleurs un sort identique : comprenant l'intérêt des fusées, les militaires mettront fin à l'organisation et la recréeront sous l'appellation RNII (Institut de Recherche Scientifique sur la Propulsion à Réaction), dont la fonction essentielle, pour ne pas dire unique, sera la mise au point de moteurs-fusées à usage militaire.

 

Page précédente Page suivante