24 février 2018
Bonne fête Modeste

Site mis à jour le
24 février 2018

Plan du site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les GÉNIES 1

Page en construction. Mis à jour le 16 janvier 2018

MICHEL-ANGE

Portrait de Michel-Ange par Daniele da Volterra

Michel-Ange : Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni est un sculpteur, peintre, architecte, poète et urbaniste florentin de la Haute Renaissance italienne. Né à Caprese, près d'Arezzo, en 1475, il décède à Rome en 1564. Parmi ses innombrables chefs-d'oeuvre, il a sculpté la Pietà et le David alots qu'il n'avait pas 30 ans ! Il a peint la chapelle Sixtine et a oeuvré sur le dôme de la basilique Saint-Pierre. Il réalisa aussi de nombreux dessins, plans, esquisses et estampes.

Faire figurer toutes ses oeuvres dans cette chronique serait impossible tant son travail fut gigantesque et choisir serait insensé. J'ai donc opté pour les oeuvres qui ont une histoire...

Résultat de recherche d'images pour

Michel-Ange par Daniele da Volterra

Il est le premier artiste reconnu et considéré de son vivant dans toute la puissance de son réel génie, Michel-Ange fut un virtuose du sublime à l'exigence d'une perfection démesurée. Son approche  des personnages de l'Olympe et des divinités donne à l'ensemble de son oeuvre  une dimension titanesque. Qui n'est pas resté ébahi et décontenancé devant la méticulosité de cette perfection artistique ?

Parmi ses premières œuvres on trouve le Combat des Centaures et des Lapithes et une Vierge à l'escalier. En 1492, Michel-Ange part pour Venise, puis séjourne à Bologne où il analyse les travaux d'un maître de la sculpture du début du quattrocento, Jacopo della Quercia. Il arrive à Rome où il sculpte sa plus célèbre Pietà, celle de la basilique Saint-Pierre (1498), qui représente la pureté, et, paradoxalement, un Bacchus ivre, la plus païenne de ses représentations qui est conservée au Musée du Bargello, et qui est l'oeuvre la plus mystérieuse et controversée du Génie qu'il fût. La statue évoque le mythe païen de Bacchus que l'on découvre ivre et vacillant, tenant un verre dans sa main droite, tandis que derrière lui un frêle satyre profite de sa fragilité momentanée pour grignoter les raisins qu'il tient avec la gauche.

Bacchus ivre

Bacchus ivre

 

Résultat de recherche d'images pour     Résultat de recherche d'images pour

                                                               La PIETA 1499                                                                            DAVID 1504

Résultat de recherche d'images

Dans les musées du Vatican, la voute et le plafond de la chapelle Sixtine (1512)

Le Jugement dernier de Michel-Ange, plafond de la chapelle Sixtine

Le Jugement dernier de Michel-Ange, plafond de la chapelle Sixtine (1541)

Résultat de recherche d'images pour

Le Christ et la Vierge.

Résultat de recherche d'images pour

Saint Procule

Saint Procule est une statue en marbre réalisée par Michel-Ange à Bologne entre 1494 et 1495 et représentant saint Procule un martyr de la ville, pour l'arche de Saint Dominique, dans la Basilique San Domenico. Le regard plein de colère annonce le David.

 

Michel-Ange, Moïse

MOÏSE sculpture de Michel-Ange

SOCRATE

Image associée

Professeur de Platon, Socrate est considéré comme l’un des plus grands philosophes grecs. Son travail distille encore le résultat de ses pensées pour l’étude de la philosophie aujourd’hui. La civilisation occidentale a notamment basé ses fondements sur ses travaux.

" L'hommeest le seuldesanimaux à croire à desdieux."

Fils d'un sculpteur nommé Sophronisque et d'une sage-femme nommée Phénarète, il est né à Athènes en 470 av. J.-C.. Tout d'abord sculpteur, il s'abandonne très vite à la philosophie. Il apprend avec du géomètre Théodore de Cyrène, du sophiste Prodicus et du philosophe Archelaüs. Commence alors une vie originale où il dsicourt nu-pieds dans les rues d'Athènes, résistant à la soif et à la faim et bravant le froid. Son but est de convaincre, surtout les jeunes gens, de la nécessité de la vertu. Un apôtre, en somme, qui rameutait ses concitoyens de réorganiser sa cité, de la rendre plus grande, plus forte et plus éclatante. Mystique

« Je n'ai qu'une petite science, disait-il, la science de l'amour. »

Il certifiait avoir un génie particulier qui le dirigeait dans sa conduite; ruse employée pour appuyer ses conseils, ou illusion de son esprit qui lui faisait croire à une inspiration divine dirigeant ses raisonnements. Il conseillait sa troupe d'éphèbes et d'étudiants, jeunes et riches, qu'il considéraient comme ses disciples, ne traitant que de l'humain et de la morale.

Citoyen modèle en temps de guerre comme en temps de paix, il se distingue par son courage à Tanagre, à Potidée, où il sauve la vie d'Alcibiade, à Délium, où il sauva également la vie à Xénophon. Prônant toutes les vertus, il se signale par son désintéressement, sa générosité, son égalité d'âme. Son épouse Xantippe mit très souvent sa patience à l'épreuve.

Il sera proclamé par l'oracle de Delphes le plus sage des humains. 

Illustration des Nuées, dans les Emblemata de Johannes Sambucus, 1564.

Son éloquence et sa subtilité provoquèrent la haine chez certains "conservateurs" tels les sophistes. C'est ainsi que l'Auteur comique Aristophane l'attaqua dans sa comédie des Nuées, dès  424.  Ses hardiesses politiques achevèrent de le perdre. II ne ménageait ni Thémistocle ni Périclès. 

La démocratie trouve en lui un ennemi, et il est accusé par Melitus, un poète obscur, Lycon, un orateur politique, le Rhéteur Anytus, un corroyeur, personnage puissant et populaire, de corrompre la jeunesse et de mépriser les dieux. 

Ses disciples et amis le pressent de se défendre mais Il refuse et, bien qu'innocent, il est condamné à boire la ciguë. Ses amis décident de le faire évader, mais il rejette cette possibilité, ne voulant pas désobéir aux lois.

Il meurt avec résignation vers l'an - 399, en conversant de l'immortalité de l'âme au milieu de ses disciples.

« Le métier que je fais, dit Socrate dans le Théétète de Platon, est le même que celui des sages-femmes, à cela près que j'aide à la délivrance des hommes et non des femmes, et que je soigne non les corps, mais les âmes en mal d'enfant. »

* Platon a raconté ses dermniers moments dans le Phédon

L'utilité de Socrate qui marque l'histoire de la philosophie :

  • il détourne les philosophes des spéculations oiseuses auxquelles ils se livraient
  • il les engage à ne s'occuper que de l'humain et de la morale
  • il combat les Sophistes qui discourent sur tout en prétendant ne rien ignorer
  • Il crée la science de la morale
  • il distingue les différentes vertus : prudence, tempérance, force, justice
  • il recommande la pratique du bien comme le plus sûr moyen d'arriver au bonheur
  • Il employe dans ses entretiens une méthode d'interrogation connue sous le nom d'ironie socratique, qui lui sert  à instruire ses disciples en leur faisant découvrir par eux-mêmes des vérités qui étaient cachées dans leur intelligence : il se désigne pour cette raison " l'accoucheur des esprits ".

Ses principaus disciples furent :

  • Xénophon, qui reproduisit fidèlement ses doctrines
  • Platon, qui créa un système entier de philosophie
  • Antisthène, père des Cyniques L'école Cynique est l'une des petites écoles socratiques, fondée vers 380 avant J.-C. qui prêcha une morale relâchée
  • Phédon, personnage principal, après Socrate, du célèbre dialogue où Platon raconte la mort de son maître
  • Euclide, un mathématicien grec du commencement du IIIe siècle av, J.-C. qui enseigna à Alexandrie sous Ptolémée Ier (306-283) et qui fonda la plus célèbre école de géométrie de l'Antiquité
  • Criton, disciple et ami de Socrate, il offrit à ce philosophe les moyens de sortir de prison, sans réussir les lui faire accepter. Il resta près de lui jusqu'à ses derniers moments. Il mourut vers l'an 380 av. J.-C., après avoir formé plusieurs disciples distingués.
  • et de nombreux autres...

Socrate ne tenait pas de véritable école et ne percevait aucun salaire

La Mort de Socrate (1787), Jacques-Louis David, conservé au Metropolitan Museum of Art de New York.

* SOCRATE : " La loi est la raison; elle participe de la réalité et de la nécessité du bien. Ceux qui transgressent les lois humaines échappent parfois à la peine, « mais ceux qui transgressent les lois divines subissent un juste châtiment. »

Il est impossible que l'humain fasse le mal volontairement. L'humain veut toujours son bien, et quand il fait le mal, il se trompe, il prend son mal pour un bien. 

« Les choses justes et tout ce qui se fait par vertu, dit Socrate, dans les Mémorables de Xénophon, sont choses belles  et bonnes, et ceux qui les connaissent ne peuvent leur préférer autre chose. » 

Toute faute morale est une erreur; c'est en instruisant l'humain qu'on le délivre du mal. La vertu est une science et, à ce, titre, elle peut s'enseigner.

Il n'y a qu'une vertu, la sagesse, mais elle reçoit plusieurs noms selon ses applications et selon que l'on considère les rapports de l'humain avec lui-même, avec ses semblables et avec la divinité. Dans son rapport avec la volonté, la sagesse devient le courage ou science de ce qu'il faut craindre et de ce qu'il ne faut pas craindre. La tempérance est la science des vrais plaisirs; la justice est la science de ce qui est dû à chacun; la piété est la science de nos devoirs envers les dieux."

Socrate fit de l’intelligence l’instrument d’une quête méthodique de la vérité.

Sources : Platon, Apologie de Socrate, Flammarion (GF), 1999. Micheline Sauvage, Socrate et la conscience de l'homme, Le Seuil, 1997. Le Net;

ARISTOTE

Aristoteles Louvre.jpg

Portrait d'après un original en bronze de Lysippe.

Aristote (384-322 av. J.-C.) : Philosophe grec, disciple de Platon, il s'éloigne de la pensée de celui-ci et fonde une école, le Lycée. Il s’intéresse à nombre de disciplines tel la logique, l’éthique, la politique, la physique, la biologie, la métaphysique, la poétique, la rhétorique et de façon ponctuelle l'économie, posant bases et fondements de plusieurs d’entre elles. Précepteur d’Alexandre le Grand, ce n'est pas rien, son œuvre sera transmise par la mémoire arabe puis par la tradition chrétienne.

Gravure représentant un homme en toge à droite professant à un homme en tunique

Aristote enseignant à Alexandre (1904).

Il devient un grand écrivain et son influence façonnera la philosophie occidentale. Ses œuvres sont les premières à étudier la " logique " et ses analyses profondes influeront profondément sur la pensée des érudiants de son époque. Platon s'interroge sur l'âme et son immortalité supposée pat ses prédécesseurs et définie ses propres conceptions sur le sujet.

L'âme est-elle une substance, une qualité, une quantité, ou entre-t-elle dans une autre catégorie ? Est-elle en puissance ou en entéléchie ? Divisible ou indivisible, sans partie ? Peut-on affirmer que l’âme d'un cerf est identique à celle de l’homme, ou bien est-elle différente et personnelle et différente selon chaque espèce ?

Buste en marbre et albâtre d'un homme barbu

Aristote prend l’exemple du courage ou de la douceur. S’il en est ainsi, alors  " les affections sont des formes engagées dans la matière" et " l’étude de l’âme relève du physicien."  Le dialecticien expliquera alors la colère par le désir de rendre l’offense, par exemple, tandis que le physicien dira qu’il s’agit d’une ébullition du sang qui entoure le cœur. S’il existe des propriétés de l’âme qui ne dépendent ni du corps ni de la matière, elles sont l’objet d’étude du métaphysicien.

Le mouvement semble en effet appartenir à l’âme de l’avis de ces philosophes, et beaucoup (Démocrite, Leucippe, certains pythagoriciens, Anaxagore) disent que l’âme est par excellence et primordialement le moteur. L’âme meut les choses, et en premier lieu le corps, et se meut elle-même, ce pourquoi Démocrite l’assimilait à une sorte de feu ou de chaleur, tandis qu’Anaxagore soutenait que l’intelligence a imprimé le mouvement à l’univers.

Xénocrate lui la définissait comme un nombre qui se meut lui-même, tandis qu’Héraclite affirmait que c’est parce que l’âme est mouvement qu’elle peut connaître les choses, qui sont dans un flux perpétuel (le mû est connu par le mû).

Pourtant, cette unanimité n’empêche pas Aristote de critiquer cette théorie. Il refuse absolument que le mouvement puisse appartenir à l’âme. Pour lui l’animal se décompose en un mobile, le corps, et un moteur, l’âme, qui est immobile.

Chez Aristote, la philosophie est comprise dans un sens plus large : elle est à la fois recherche du savoir pour lui-même, interrogation sur le monde et science des sciences. Ainsi et selon lui, la science comprend trois grands domaines :

  • la science spéculative ou théorique
  • la science pratique
  • la science productive

- La nature (Phusis) tient une grande place dans sa philosophie. Selon lui encore, les matières naturelles possèdent en elles-mêmes un principe de mouvement (en telos echeïn).

- La vertu éthique est en équilibre entre deux excès : ainsi, un homme courageux ne doit être ni téméraire, ni couard. Il en découle que l'éthique aristotélicienne est très marquée par les notions de mesure et de phronêsis (en français prudence ou sagacité). Son éthique, tout comme sa politique et son économie, est tournée vers la recherche du Bien et dans ce domaine, Aristote a profondément influencé les penseurs des générations suivantes.

détail d'un tableau

Platon (à gauche) pointe le doigt vers le ciel, symbole de sa croyance dans les idées. Aristote (à droite) pointe la paume de sa main vers le sol, symbole de sa croyance dans l'observation empirique.

- À sa mort, sa pensée connaît plusieurs siècles d'oubli, en fait on en reparlera à la fin de l'antiquité. Depuis la fin de l'Empire romain et jusqu'à sa redécouverte au XIIème siècle, l'Occident , à la différence de l'Empire byzantin et du monde musulman, n'a pratiquement pas accès à son œuvre. Mais dès la connaissance, à cette période, de la pensée d'Aristote, la philosophie et la théologie de l'Occident seront fortement influencées durant les quatre à cinq siècles à venir...

Bien que critiquée durant les périodes de grandes découvertes et inventions qui suivront, la Pensée d'Aristote demeurera toujours étudiée et commentée plus de 2 300 ans après sa mort par la philosophie occidentale.

* Sources : Aristote, de l'Äme. Consulter aussi son ouvrage sur la physique. www.les-philosophes.fr

 

PLATON

 

Résultat de recherche d'images

Platon est un Philosophe grec qui a été enseigné par Socrate, mais a professé à Aristote. En conformité avec Socrate et Aristote, il a contribué à édifier les bases de la philosophie occidentale. Connu comme mathématicien et écrivain, il a fondé "l’Académie" ou "Institut d’enseignement supérieur et d’apprentissage", à Athènes. Ses travaux en philosophie, en logique et en mathématiques ont été étudiés et utilisés par de nombreux enseignants au fil des siècles.

Platon était un penseur révolutionnaire mais aussi un génie de son temps.

Quand Platon parlait d’expérience de mort imminente et de réincarnation

École d'Athènes, fresque de la chapelle Sixtine à Rome.

À gauche Platon indique le sommet, à droite Aristote indique le monde terrestre. (Domaine public)

Il a souvent présenté sa doctrine sous la forme du dialogue dans lequel  Socrate occupait une place plus que prédominante. En effet, Socrate était le maitre du philosophe, qui menait souvent le "jeu", mais incarnait aussi l’empêcheur de tourner en rond.

Platon critiquait les Sophistes, ces maîtres de rhétorique et d’éloquence, chez qui il voyait de simples générateurs de mensonges, de faux prestiges et d’illusions (la sophistique étant définie par lui comme négoce et trafic de discours), avaient, en effet, sapé la croyance en un Absolu permettant à la morale de s’édifier :

  • La vérité, pensaient-ils, n’est rien d’autre que la subjectivité.
  • Leur doctrine relativiste conduisait souvent au pur immoralisme.

Avec Platon, bien au contraire, la morale redevient possible… ! ! !

La fameuse Allégorie de la Caverne désigne ce récit par lequel Platon peint notre condition :

  • ►  Les hommes sont semblables à des prisonniers qui prennent les ombres projetées devant eux sur la paroi de la caverne pour la vérité.
  • ►  Le prisonnier que l’on détache et qui sort au dehors symbolise le philosophe accédant aux Essences.

La vertu dans cette perspective, désigne la participation aux Essences et à la véritable connaissance, une science du Bien et du Mal inséparable de la dialectique.

Platon, mort il y a plus de 23 siècles, a dessiné des chemins qui continuent de fasciner toute notre civilisation et notre culture.

En cette voie, il nous conduit de l’opinion (connaissance inférieure, faculté intermédiaire saisissant les choses qui flottent entre le néant et l’être absolu), jusqu’à la science (connaissance rationnelle permettant d’atteindre l’essence de la vérité ) : Itinéraire qui hante encore notre temps et auquel se réfèrent encore bien des penseurs et des savants contemporains.

Oeuvres de Platon

– Les dialogues de jeunesse :

  • Hippias majeur
  • Protagoras
  • Gorjas

– Les dialogues de la maturité

  • Phédon
  • Banquet
  • Phèdre
  • République

– Les dialogues de la vieillesse

  • Parménide
  • Théétète
  • Sophiste
  • Politique
  • Philèbe
  • Les lois

Sources : La-philosophie.com, les-philosophes.fr, le Net...

Niels Bohr

Niels Bohr

Né le 07 octobre 1885 à Copenhague, le Danois Niels Bohr est l'une des figures marquantes de la physique du 20ème siècle.

- 1906 : Son premier travail de recherche, sur la tension superficielle de l'eau, lui vaut la médaille d'or de l'Académie des sciences du Danemark.

Ce fut l'un des créateurs de la théorie quantique (modèle atomique en 1913) et il influencera les créateurs de la mécanique quantique tel Werner Heisenberg ou encore Wolfgang Pauli. On lui doit l'introduction du concept de complémentarité pour l'interprétation de la mécanique quantique ainsi qu'une des premières théories des réactions nucléaires, avec les modèles de goutte liquide et de fission pour le noyau.

- 1913 : Il élabore une théorie de la structure de l'atome qui rompt radicalement avec les conceptions classiques et ouvre la voie aux idées nouvelles. Intégrant à la fois le modèle d'atome planétaire de Rutherford et la théorie des quanta de Max Planck, Bohr suppose que, dans un atome, les électrons gravitent autour du noyau sur des orbites stables correspondant à des niveaux d'énergie spécifiés, théorie, souvent appelée modèle ou atome de Bohr, rend compte de la stabilité de l'atome ainsi que de ses propriétés d'émission et d'absorption de rayonnement. Son retentissement est considérable. Elle vaut à son auteur le prix Nobel de physique en 1922.

Infatigable promoteur de la paix dans le monde, il est mort en 1962 à Copenhague.

Bohr fut fortement impliqué sur les questions scientifiques de la Seconde Guerre mondiale.

On ne pouvait pas oublier le rédacteur de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis

Thomas Jefferson

Thomas Jefferson en 1800,par Rembrandt Peale.

Thomas Jefferson en 1800, par Rembrandt Peale.

Thomas Jefferson : 3ème président des États-Unis, il a écrit la Déclaration d’Indépendance et fut le père fondateur le plus influent des États-Unis.

Thomas Jefferson est né le 13 avril 1743 en Virginie. Son père est un riche propriétaire terrien, et léguera à son fils des terres qui lui assureront des revenus suffisants pour vivre; sa mère est issue d'une des familles les plus prestigieuses de Virginie, ce qui le conduira à recevoir une éducation raffinée.

Thomas Jefferson est connu pour ses activités politiques, 3ème président des États-Unis, il est le rédacteur de la Déclaration d'Indépendance des États-Unis, secrétaire d'Etat de Georges Washington, avocat, philosophe, naturaliste, bibliothécaire, agriculteur, horticulteur, architecte, auteur, inventeur.

Thomas Jefferson, Benjamin Franklin et John Adams écrivant la Déclaration d'indépendance.

Huile sur toile de Jean Leon Gerome Ferris.

Fondateur de l’université de Virginie, il  comprend que l’esclavage est contraire à l’éthique alors que la plupart de ses concitoyens pensent qu’il était approprié.

- 1772 : Il débute comme magistrat auprès du gouvernement local et, dans le même temps, il épouse Marthe Wayles Skelton pour laquelle il fait construire la maison familiale à Monticello en Virginie. Monticello restera son port d'attache toute sa vie.

- 1776 : Durant la révolution américaine, il représente la Virginie au Congrès continental et en tant que membre du Congrès, il  participe activement à la rédaction de la Déclaration d'Indépendance des États-Unis. Dans un paragraphe il énonce pour la première fois un texte des principes fondamentaux : les hommes naissent libres et égaux, le gouvernement est le serviteur, et non le maître, de ses administrés. Il s'oppose aussi activement à l'occupant anglais qui veut établir son pouvoir et, pour appliquer ses idées politiques, Jefferson se fait élire gouverneur de Virginie. Il est également à l'origine de la loi sur la liberté religieuse.

- 1779 : Il sert en tant que gouverneur de son État pendant la guerre contre les Anglais de 1779 à 1781. Ses deux années au pouvoir sont ressentis comme un échec : il est confronté à un manque de possibilités d'actions, et à une invasion britannique. Il en profite pour s'instruire des progrès des sciences.

- 1785 : Jefferson occupe ensuite le poste d'ambassadeur en France où il succède à Benjamin Franklin jusqu'en 1789. Il suit avec intérêt le déroulement de la Révolution Française, sans intervenir dans les événements.

- 1790 : Dès son retour aux États-Unis il devient secrétaire d'Etat de Georges Washington, le premier Président des États-Unis. Il s'oppose à un autre secrétaire d'Etat, Hamilton, au sujet des rapports que les États-Unis doivent entretenir avec la France et la Grande-Bretagne, et démissionne en 1793.

- 1793 : Il fonde alors le Parti Républicain, aux côtés de James Madison, qu'il représente à l'Election Présidentielle de 1796, parti qui s'oppose au Parti fédéraliste quant à la politique du pays et conteste la position du gouvernement au sujet des lois sur les étrangers et la sédition. Il est défait par John Adams. Il se consacre pendant 4 ans aux sciences et à la philosphie.

- 1797 : Il dirige l'American Philosophical Society.

- 1800 : Jefferson accéde enfin à la Présidence des États-Unis, pour deux mandats.

  • Le premier est marqué par l'achat de la Louisiane, et le soutien aux expéditions de Lewis et Clark.
  • Le second est plus ardu. La guerre confronte en Europe la France et la Grande-Bretagne, et Jefferson tient absolument à la neutralité des États-Unis dans ce conflit.

- 1807 : Il décide d'un embargo à l'encontre des 2 pays rivaux, mais cela affaiblit l'économie américaine et est très mal perçu par la population. Homme des Lumières et polyglotte, Jefferson se passionne pour la géométrie, les mathématiques en passant par la mécanique et l'horticulture. Il se révèle également être un architecte confirmé de tradition classique. Son intérêt marqué pour la religion et la philosophie lui valent la présidence de la Société américaine de philosophie. Bien qu'opposé au principe d'une religion organisée, il est cependant influencé à la fois par le christianisme et le déisme.

- 1807 : Ayant déjà pris en 1803 la décision, controversée, de transférer des tribus amérindiennes vers la Louisiane, il ratifie la loi interdisant l'importation des esclaves en 1807.

Propriété de Thomas Jefferson à Monticello

Esprit curieux et éclairé, engagé en politique, Jefferson fait partie des élites intellectuelles du siècle des Lumières

Après sa Présidence, Jefferson retourne à Monticello, où il se consacre notamment à la collecte de livres pour la bibliothèque du congrès, et à la création de l'Université de Virginie. Il décède le 4 juillet 1826.

PARADOXE ?

*****************************************************************************************************************************************************

Source Wikipédia :

Selon Jefferson, l’égalité devait passer par l’abolition du droit d'aînesse, afin d’empêcher la concentration des terres dans les mains des grands propriétaires. Inspiré par les idées de Rousseau, Jefferson rêvait d'une société de petits propriétaires terriens libres et égaux. Quant à l'égalité politique, elle excluait les femmes, les Noirs et les Indiens. Il était persuadé que la démocratie ne pouvait pas s’épanouir si la majorité de la population restait pauvre. Au cours de sa vie Jefferson aura près de 700 esclaves, dont 200 au moins ont travaillé dans la plantation de Monticello. Pour Jefferson, le bonheur fait partie des droits inaliénables de l'Homme, comme la vie et la liberté. Les historiens et les philosophes ont beaucoup débattu sur le sens donné au mot « bonheur ». Il faut sans doute y voir un concept des Lumières, associé au droit de propriété, tel que l'entendait John Locke.

Comme bien d'autres personnalités du XVIIIe siècle, Thomas Jefferson avait des idées qui peuvent sembler contradictoires avec ses actions sur la question de l'esclavage. Ses opinions et ses décisions ont évolué en fonction des événements et de son parcours personnel. Pendant la révolution américaine, Jefferson semblait vouloir supprimer l'esclavage et la traite des Noirs ; mais il n'était pas suivi par le Congrès. Il connut plus de succès en Virginie, qui décida d'abolir le commerce des esclaves en 1778. En 1782, Jefferson fit passer une loi facilitant l’affranchissement personnel des esclaves.

Pourtant, Jefferson était lui-même propriétaire de plusieurs dizaines d'esclaves sur son domaine. Il en affranchit quelques-uns, mais la main d'œuvre servile était nécessaire au fonctionnement de sa plantation de tabac, d'autant qu'il était couvert de dettes. Sa correspondance témoigne enfin d'arguments racistes : selon Jefferson, les Afro-Américains étaient inférieurs aux Blancs. En 1791, Benjamin Banneker, un mathématicien et inventeur noir affranchi, envoya à Jefferson un exemplaire de son Almanach, afin de le convaincre sur les capacités intellectuelles des Noirs. Jefferson a été choqué par la révolte des esclaves de Saint-Domingue en 1790-1791 : il suggéra de transporter les Noirs libres au Sierra Leone, en Afrique. À cette époque, il était convaincu que les Noirs ne pouvaient s’assimiler et que la question de l’esclavage menaçait la fragile unité du nouveau pays.

Article détaillé : Thomas Jefferson et l’esclavage.
 

Benjamin Banneker

De récentes études font penser que Jefferson eut une maîtresse noire, Sally Hemings, qu'il n'a jamais émancipée de son vivant. Les analyses de l'ADN, menées par le docteur Eugene Foster sur les descendants connus de Jefferson et de Sally Hemings, semblent prouver qu'Eston Hemings était bien le fils de l'ancien président et de son esclave noire. La question des esclaves noirs révèle les contradictions de la pensée jeffersonienne ainsi que la part d'ombre de sa vie privée. Passionné par les cultures précolombiennes, Jefferson prit cependant la défense des Amérindiens, qu'il jugeait « doués de raison ». Dans sa deuxième adresse inaugurale en 1805, il dit que les Indiens devaient être traités à égalité avec les Blancs, mais il souhaitait également assimiler les indigènes :

« […] La chasse est devenue insuffisante pour la fourniture de vêtements et de nourriture aux Indiens. C’est pourquoi la promotion de l’agriculture et l’industrie à domicile sont essentielles dans leur préservation, et je suis disposé à les aider et à les encourager largement. Ceci les rendra capables de vivre sur des espaces plus restreints et rendra donc leurs vastes forêts sans utilité, sauf pour le bétail [...]. »

Pourtant le président proposait aussi leur transfert à l’Ouest, sur les territoires vendus par la France : la plupart des tribus ont refusé, sauf celle des Chickamaugas qui se sont installés au nord-ouest de l’Arkansas. Enfin, Jefferson niait la divinité de Jésus et souhaitait la séparation des Églises et de l'État : dans l'une de ses lettres envoyée à une association baptiste, il évoquait le besoin d’un « mur de séparation » entre l’État et les Églises. Pourtant, la Déclaration d'Indépendance fait clairement référence au Créateur, sans mention d'aucune religion : Jefferson était un déiste éclairé favorable à la laïcité, comme en témoignent ses écrits : « j'ai toujours considéré qu'il s'agissait d'une affaire entre l'homme et son créateur, dans laquelle personne d'autre, et surtout pas le public, n'avait le droit d'intervenir ». Vers la fin de sa vie, il réalise sa propre version du Nouveau Testament, expurgée de la quasi-totalité des éléments surnaturels. Ce petit livre, la « Bible de Jefferson », est exposé au Musée national d'histoire américaine.

Il est avéré qu'il ne se passionnait pas pour la théologie et qu'il empêcha sa fille de devenir catholique au cours de son séjour à Paris. Contrairement aux autres universités américaines de l’époque, et conformément aux vœux de Jefferson, l’université de Virginie ne donnait pas de cours de théologie. Ses détracteurs ont utilisé son déisme pour lui nuire et l'accusaient de manquer de foi.

*****************************************************************************************************************************************************

 

 

 

Benjamin Franklin : Benjamin Franklin était l’un des Pères fondateurs des États-Unis, un auteur et un imprimeur. Il était aussi un grand politicien, inventeur et scientifique. Les contributions scientifiques de Benjamin Franklin ont façonné la physique et le domaine de l’électricité. Il a inventé le paratonnerre, les bifocaux, le poêle Franklin, l’odomètre et l’harmonica en verre. Franklin a créé la première bibliothèque de prêts publics aux États-Unis et le premier service d’incendie dans la ville de Pennsylvanie. Ben Franklin était un véritable génie de son temps.

19) Thomas Edison – Thomas Edison a été un grand inventeur et homme d’affaires qui a créé de nombreux appareils qui ont eu une profonde influence sur la vie dans le monde. Un couple de ses inventions sont : le phonographe et une ampoule longue durée. Jefferson a également été l’un des premiers inventeurs à appliquer l’idée de «production de masse» au processus de l’invention. Beaucoup donnent à Jefferson le crédit d’avoir créé le tout premier laboratoire de recherche industrielle. Il est considéré comme l’un des inventeurs les plus doués et détient plus de 1 000 brevets américains. Edison a vraiment ajouté sa touche de génie à la communauté scientifique.

Daniel Tammet : Savant autiste de haut niveau. Il a été doué d’un talent pour les mathématiques, l’apprentissage des langues, et des compétences de mémorisation au-dessus de la moyenne. Il a été présenté sur un canal de découverte spéciale qui a testé ses capacités et a montré sa capacité à apprendre sans doute la langue la plus difficile, l’islandais, en moins de 7 jours pour apparaître dans une interview. Daniel a un cerveau incroyable et était doué d’une intelligence supérieure à la moyenne.

22) Kim Peek – Bien que Kim Peek soit un savant, il a des capacités cérébrales exceptionnelles. Il lui manque un corpus callosum fonctionnel (ce qui rend impossible pour ses hémisphères droit et gauche du cerveau d’échanger des informations) et a un cervelet endommagé. Sans corpus callosum, certains développent des capacités mémoire au-dessus de la moyenne. Dans le cas de Kim Peek, il peut lire un nouveau livre en environ 1 heure et parvient à conserver plus de 98% des informations contenues dans le livre ! Impressionnant.

Ludwig van Beethoven : Pianiste et musicien légendaire allemand. Il a été très influent dans la musique classique occidentale et est considéré comme le meilleur compositeur de tous les temps. Bien que l’audition de Beethoven ait commencé à cesser dans la vingtaine, il était encore capable de créer des chefs-d’œuvre classiques. Il était capable de diriger, de composer et de jouer de la musique même après qu’il était complètement sourd ! Beethoven a béni le monde avec son génie musical et son esprit brillant.

Srinivasa Ramanujan : Mathématicien indien qui a pu faire d’énormes contributions dans le domaine de l’analyse mathématique et la théorie des nombres. Srinivasa a démontré une étrange capacité naturelle à maîtriser les mathématiques. Il avait un livre de mathématiques qu’il a complètement maîtrisé à 13 ans, et a même découvert des théorèmes. Il a gagné beaucoup de récompenses en montrant aux autres sa capacité mathématique supérieure à son école. À 17 ans, ce prodige mathématique faisait sa propre recherche avec les mathématiques et les nombres. Il a compilé près de 4 000 équations et identités dans sa courte durée de vie.

Wolfgang Amedeus Mozart : Compositeur très influent pendant l’ère classique. Il a pu créer plus de 600 compositions qui ont été largement acceptées et reconnues. Ses spécialités musicales comprenaient la symphonie, la musique de chambre, le piano, l’opéra et la musique chorale. Mozart est parmi les plus populaires des compositeurs classiques, et beaucoup de ses œuvres sont encore inclus dans les concerts d’aujourd’hui. Mozart a clairement démontré sa compétence musicale et son niveau de génie.

29) Ludwig Wittgenstein – Ludwig était un philosophe autrichien qui a développé des théories impliquant la logique. Il a contribué à la philosophie des mathématiques, à la philosophie du langage et à la philosophie de l’esprit. Il a eu une énorme influence sur la philosophie et est largement accepté comme l’un des meilleurs philosophes du XXe siècle. Wittengenstein a publié 2 livres et les deux ont été très influents en philosophie.

Linus Pauling : Activiste de la paix, un scientifique, un auteur et un professeur. Pauling est considéré comme l’un des chimistes les plus influents dans l’histoire et a été l’un des scientifiques les plus importants de tous les temps. Il a été l’un des pionniers à travailler dans l’étude de la biologie moléculaire et la chimie quantique. Il a reçu plus d’un prix Nobel et est l’un des seuls 2 individus à les recevoir pour différents domaines.

32) Christopher Michael Langan – Christopher Langan est un Américain avec un QI qui a été rapporté par «20/20» et d’autres sources de médias l’ont mesuré à près de 200. Bien qu’il ait l’habitude de travailler comme un videur à Long Island, il a gagné la gloire comme «l’homme le plus intelligent en Amérique» en 1999. Langan a développé «une théorie de la relation entre l’esprit et la réalité» qu’il appelle le «Modèle Cognitif-Théorique de l’Univers” et est il encore vivant aujourd’hui. Cet homme a l’un des plus hauts QI de la Terre.

33) Michael Faraday – Michael Faraday était un pharmacien et physicien phénoménal qui a contribué aux champs de l’électrochimie et de l’électromagnétisme. Ses inventions des dispositifs électromagnétiques ont formé la base de la technologie du moteur électrique, et c’était en grande partie due à ses efforts que l’électricité est devenue disponible pour l’utilisation dans la technologie. Faraday fut aussi le tout premier professeur de chimie à l’institution royale de Grande-Bretagne.

34) Blaise Pascal – Blaise Pascal était physicien français, philosophe religieux et grand mathématicien. Pascal était un enfant prodige et a été beaucoup enseigné par son père. Les contributions de Pascal comprennent : des calculatrices mécaniques, des concepts de pression, des concepts de vide et l’étude des fluides. Dans la littérature, Pascal est considéré comme l’un des plus importants auteurs de la période classique française. Son nom (Pascal) a été donné à l’unité de pression SI, un langage de programmation et la loi de Pascal.

35) Galilée – Galilée était un astronome légendaire, physicien, mathématicien et philosophe. Il a joué un rôle majeur dans la révolution scientifique. Ses réalisations comprennent les premières études du mouvement uniformément accéléré, des améliorations du télescope et des observations astronomiques. Galilée a été appelé le «père de l’astronomie d’observation moderne», le «père de la physique moderne», le «père de la science» et «le père de la science moderne». Avec ses découvertes et ses études, Galilée a pu montrer son génie.

36) Martin Luther – Martin Luther était un professeur allemand, un moine, un théologien, et un réformateur d’église. La théologie de Luther a contesté l’autorité de l’église en déclarant que la Bible est la seule source infaillible d’autorité religieuse et que tous les chrétiens baptisés sont un sacerdoce de croyants. Selon Luther, le salut ne pouvait être atteint que par le vrai repentir et la foi en «Jésus comme le Messie». Ses idées révolutionnaires ont inspiré la Réforme protestante et changé la philosophie de la civilisation occidentale.

Robert Boyle : Philosophe naturel, un chimiste, un physicien, un inventeur, et un scientifique. Boyle était largement connu pour ses travaux en physique et en chimie. Il est surtout connu pour la création de la «loi de Boyle». Boyle est aujourd’hui reconnu comme l’un des premiers chimistes modernes et l’un des pères fondateurs de la chimie. Une de ses œuvres, “The Skeptical Chymist” est considérée comme un livre légendaire dans le domaine de la chimie.

38) John Locke – John Locke était un philosophe anglais phénoménal. Les idées de Locke ont eu une énorme influence sur le développement de la philosophie politique et il est considéré comme l’un des penseurs les plus influents pendant le siècle des Lumières et l’un des plus grands contributeurs à la théorie libérale. L’influence de Locke se reflète dans la Déclaration d’indépendance des États-Unis. Locke était le premier philosophe à définir le soi par une continuité de «conscience». John Locke était un penseur indépendant et se trouve parmi les plus grands philosophes.

Charles Darwin : Naturaliste et géologue qui a proposé que toutes les espèces de vie ont évolué au fil du temps. Le fait que l’évolution se produise est devenu accepté par la communauté scientifique et le grand public. La découverte scientifique de Darwin reste le fondement de la biologie. Darwin est encore un autre grand penseur de son temps et ses théories sont encore étudiés et discutés aujourd’hui.

Johannes Kepler : Mathématicien allemand, astronome et astrologue. Il a exercé une influence considérable sur la révolution astronomique du XVIIe siècle. Kepler est surtout connu pour ses lois du mouvement planétaire. Ses lois ont également fourni l’un des fondements de la théorie de la gravitation universelle d’Isaac Newton. Kepler est considéré comme un homme aux pensées révolutionnaires vers l’astronomie.

John Stuart Mill : John Stuart Mill a largement influencé la pensée et la politique britannique au XIXe siècle. Son grand nombre d’œuvres comprend : des textes en logique, en économie, en philosophie sociale et politique, en éthique, en métaphysique et en religion. John Stuart Mill est reconnu comme l’un des hommes les plus intelligents de son temps et est considéré comme l’un des hommes les plus intelligents de tous les temps.

René Descartes – René Descartes était un philosophe influent, mathématicien, scientifique et écrivain. Descartes a reçu le titre de «Père de la philosophie moderne» et a beaucoup contribué à la philosophie occidentale. Ses écrits sont encore à l’étude aujourd’hui et il a eu une énorme influence en mathématiques. René a été un personnage clé dans la révolution scientifique et a pu partager ses idées incroyables avec les autres.

Francois Marie-Arouet : Connu couramment sous le nom de plume Voltaire, François-Marie Arouet fut un écrivain, essayiste et philosophe français des Lumières. Il était connu pour son esprit, la défense des libertés civiles et la philosophie. Il était un partisan franc de la réforme sociale et a été l’une des nombreuses figures des Lumières dont les œuvres et les idées ont influencé les penseurs importants des Révolutions américaine et française.

Baruch de Spinoza – Baruch de Spinoza était un philosophe hollandais qui était très compétent dans la science. La majeure partie de l’œuvre de Spinoza n’a été reconnue qu’après sa mort. Aujourd’hui, Spinoza est considéré comme l’un des plus grands philosophes du XVIIe siècle. Son travail en philosophie a jeté les bases de l’illumination du 18ème siècle.

Gottfried Wilhelm Leibniz : Leibniz était un politologue allemand qui est considéré comme l’un des plus grands philosophes. Liebniz a inventé le calcul, et sa version est largement utilisée. Il a également découvert le système binaire, la structure des architectures informatiques modernes. Il était, avec René Descartes et Baruch Spinoza, l’un des trois plus grands philosophes du XVIIe siècle. Il a également apporté des contributions majeures à la physique, à la technologie et a fait des anticipations qui ont fait surface beaucoup plus tard dans la biologie, la médecine, la géologie, la théorie des probabilités, la psychologie et la linguistique. Liebniz a également écrit sur la politique, le droit, l’éthique, la théologie et l’histoire.

Johann Wolfgang von Goethe : Johann Wolfgang von Goethe était un écrivain allemand dont les travaux couvrent les domaines de la poésie, du théâtre, de la littérature, de la théologie, de l’humanisme et de la science. Goethe était un personnage clé dans la littérature allemande et le mouvement du classicisme de Weimar à la fin du 18e et au début du 19e siècle. Goethe est l’inventeur du concept de «littérature mondiale», s’étant beaucoup intéressé aux littératures de l’Angleterre, de la France, de l’Italie, de la Grèce classique, de la Perse et de la littérature arabe. Son influence sur la philosophie allemande est inégalée et son influence s’est répandue dans toute l’Europe. Beaucoup de ses œuvres ont été une source principale d’inspiration dans la musique, le théâtre et la poésie. Goethe est considéré comme l’un des penseurs les plus importants dans la culture occidentale et généralement reconnu comme le plus important écrivain en langue allemande.


Page précédente Page suivante