23 octobre 2017
Bonne fête Jean de Capistran

Site mis à jour le
22 octobre 2017

Plan du site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FEMMES "COURAGE" 4

Page en construction Mis à jour le 09 septembre 2017

FLOWER POWER

Cette photo, La Fille à la fleur, illustre le « pouvoir des fleurs » face à celui des armes.

Elle deviendra un symbole de lutte pour la paix et contre la violence.

Photographie du photographe français Marc Riboud.

NON À LA GUERRE !

Jan Rose Kasmir  est née en 1950. Elle est encore lycéenne américaine lorsqu'elle participe, ce , aux protestations massives pour le retrait des États-Unis dans la guerre du Viêt Nam. Près d’un million de personnes manifestent alors à Washington, D.C. et Jan Rose se trouve avec des milliers de pacifistes indignés, devant le Pentagone. Pour interpeller le président Lyndon Johnson, ils sont 100.000 à se rassembler autour du bassin du Lincoln Memorial, puis 50.000 arriveront au Pentagone.

Soudain Jan Rose Kasmir, tenant une fleur, s'avance seule face aux baïonnettes de la garde nationale.

Elle a le regard triste, mais bienveillant, et tend sa fleur vers une rangée de soldats qui bloquent l’accès vers un bâtiment en pointant leurs fusils équipés de baïonnettes.

"Aucun d'entre eux n'a croisé mon regard. J'étais comme face à un mur. Mais le photographe m'a dit plus tard qu'ils tremblaient.  Je pense qu'ils étaient effrayés à l'idée de recevoir l'ordre de nous tirer dessus. (...) Si vous regardez mon visage, je suis extrêmement triste : je venais de me rendre compte combien ces garçons étaient jeunes."

Pourtant la réponse des soldats sera violente, ils n’hésiteront pas à utiliser des gaz lacrymogènes et à arrêter 681 manifestants.

" Je ne me rappelle pas comment j'ai entendu parler de la manifestation au Pentagone, mais je savais que c'était une chose à laquelle je devais participer. Je me devais de dénoncer cette horrible guerre ", confiera-t-elle bien plus tard. 

Marc Riboud écrit : "Je photographie avec frénésie, la nuit tombe, j’épuise mes films, quand cette jeune fille, seule face aux baïonnettes, dessine avec une fleur le symbole de la jeunesse américaine. Cette photo est la dernière de mon film. "

L'image va devenir un parfait symbole du mouvement pacifiste des "sixties"

Jan n'a jamais cessé de lutter contre la violence et en février 2003, Marc Riboud l'a photographié, à Londres, lors d'une manifestation contre la guerre en Irak. Elle levait comme un étendard une copie de la photographie de 1967 et Marc Riboud l'a de nouveau mis dans la boîte.

 

Image Reference LON43141 © Marc (RIM2003002W00006/13A) Riboud/Magnum Photos

15 février 2003 à Londres (Traffalgar square). 750 000 à 2 000 000 de marcheurs

 

Kasmir exercera plus tard la profession de kinésithérapeute, aura une fille, Lisa Ann, avec son mari danois.

Une jeune manifestante fait face à la police à Bâton-Rouge en Louisiane lors d'une manifestation après la mort d'un Afro-américain.

ETATS-UNIS. Une manifestante noire face à la police : décryptage d'une photo déjà iconique

Photo Jonathan Bachman (Max Becherer/AP/SIPA)

 

La scène se déroule samedi 9 juillet à Bâton-Rouge, en Louisiane. Cent à deux-cent personnes sont réunies pour manifester après la mort d'Alton Sterling, un homme noir abattu par deux policiers.

Les faits ont eu lieu à 0 h 35, mardi 5 juillet (6 h 35 à Paris).

 

Cette jeune femme afro-américaine, en robe longue et ballerines, se nomme Ieshia Evans, elle est infirmière en Pennsylvanie et mère d'un garçon de cinq ans et demi. Submergée par les images qu'elle voyait à la télévision concernant les violences policières et le mouvement Black Lives Matter, cette manifestante de 28 ans, a donc décidé de prendre part aux manifestations à Bâton-Rouge : " Je veux un meilleur futur pour mon fils de cinq ans et demi." Calme, elle se tient droite, les bras croisés, et fixe deux policiers qui s'élancent vers elle. Cette image de l'arrestation d'une manifestante fera le tour du monde

Cette photo a fait autant de bruit car elle est inhabituelle face aux images souvent violentes d'autres manifestations. La jeune femme reste très sereine face à la police, les mains croisées alors que deux agents fondent littéralement sur elle. Bien qu'impressionnante cette situation ne semble pas l'apeurer. "Je suis allée dans la rue avec mes bras croisés et je les ai simplement fixés. J'imagine que ça ne leur a pas plu car ils m'ont arrêtée", a-t-elle raconté.

Sources : L'OBS, Le Monde, web

* Plus de 500 personnes tuées par la police en 2016

La mort de plusieurs hommes noirs, tués par la police aux Etats-Unis ces dernières années, a avivé les tensions raciales et suscité de nombreuses manifestations qui ont parfois dégénéré en émeutes. Selon le Washington Post, plus de 505 personnes ont été tuées par la police américaine depuis le début de l’année 2016. Vox ajoute que les Afro-Américains représentent 31 % des personnes tuées par la police, même s’ils ne représentent que 13 % de la population des Etats-Unis.

 

 


Page précédente Page suivante