22 octobre 2017
Bonne fête Elodie

Site mis à jour le
21 octobre 2017

Plan du site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'UNIVERS et MARS

Mis à jour février 2017

M A R S

La mission Mars Science Laboratory  écume le sol martien depuis quelques années maintenant. Partie intégrante de l'expédition la sonde CURIOSITY, qui s'est posé le 06 aoüt 2012, effectue depuis d’innombrables analyses pour le compte de la NASA. La sonde avait décollé de la Terre le 26 novembre 2011, emportée par une fusée Atlas V pour se poser dans le cratère Gale.

 

 

Curiosity explore Gale qui appartient à la famille des cratères d’impact et qui est censé avoir été formé par un astéroïde.

Le diamètre du cratère atteint les 150 kilomètres et se trouve dans la région d’Aeolis Mensae. Il contient un immense monticule central haut de plus de 5 000 mètres : Aeolis Mons. Ce monticule est l'un des plus hauts reliefs de la région et il est cerné par plusieurs volcans,  notamment par Elysium Mons et Apollinaris Mons. Les spécialistes de la NASA date ce cratère entre 3,5 et 3,8 milliards d’années environ. Il serait donc apparu à la fin du Noachien.

De nombreux chercheurs avancent que l'imposant cratère aurait pu abriter un lac d’eau liquide. Sans doute la raison pour laquelle  l’agence spatiale américaine explore particulièrement ce site mais elle n’est pas seule à s’intéresser à Gale car l'ESA l'a retenu parmi les sites potentiels pour la mission ExoMars.

C'est en effectuant un échantillonnage sur des roches alentour de Aeolis Mons en fin 2015 que Curiosity a permis cette fameuse découverte : Suite à l'analyse de ces prélèvements, les scientifiques de la NASA ont trouvé un minéral extrêmement rare, la Tridymite.

2015 : Le robot fait une découverte singulière en prélevant un échantillon dans le cratère Gale. Il détecte de la tridymite, un minéral issu habituellement d’une activité volcanique.

Très rare sur Terre, ce minéral n’avait jamais été détecté sur Mars. Les chercheurs jugent pourtant cette trouvaille assez logique car il est formé par des roches magmatiques ou métamorphiques lorsqu’elles atteignent des températures très élevées. On le retrouve normalement dans des dépôts volcaniques à haute teneur en silice, donc peu surprenant pour la communauté scientifique.

Les nombreux volcans de Mars sont tous basaltiques et ils émettent ainsi une lave riche en fer et en magnésium mais pauvre en silice.

Recherche sur ces prélèvements d'après une étude publiée un peu plus tôt dans l’année à cette adresse.

Cette découverte serait capitale car elle constitue une preuve de l’évolution magmatique sur Mars. D’autres études complémentaires sont à suivre afin d’en apprendre plus sur l’évolution de la planète.

Source Fredzone

Le robot CURIOSITY est plus lourd que ses prédécesseurs car il emporte :

  • plus de 75 kg de matériel scientifique
  • un laboratoire qui peut analyser les composants organiques et minéraux.
  • un mât de plus de deux mètres sur lequel ont été greffées plusieurs caméras
  • des sondes atmosphériques
  • un spectromètre laser
  • plusieurs antennes.

*Les antennes permettent de communiquer avec les sondes placées dans l’orbite de la planète avec un débit pouvant atteindre 1,35 mégabit par seconde dans le sens rover-sonde ou bien de 256 kilobits par seconde dans le sens inverse.

Les photos prises par le robot sont envoyées vers les sondes qui prennent ensuite le relais pour les faire parvenir aux équipes terriennes.

Équipé de six roues CURIOSITY possède un système de navigation perfectionné. Il peut atteindre théoriquement 150 km/h sans détection d’obstacles ou 75 km/h avec. Sans doute n'atteindra-t-il que rarement, sinon jamais, ces vitesses puisqu'il n'a été conçu que pour parcourir une vingtaine de kilomètres.  eDepuis 2012, il n'a en effet parcouru qu'un peu plus de quatorze kilomètres.

Il vient d’atteindre la région du Murray Buttes qui se trouve un peu au sud du mont Sharp pour étudier le processus de formation des anciennes dunes de sable de la planète.

Quelques photos ont été envoyées dans la foulée à la NASA pour que les spécialistes puissent étudier la topologie des lieux. L’agence les a ensuite partagés sur son site :

Le rover Curiosity livre de nouvelles images : Mars comme si vous y étiez !

Image du paysage martien dans la région des buttes Murrayau pied du mont Sharp, saisi par la MASTCAM du rover Curiosity le 8 septembre 2016.   NASA/JPL-Caltech/MSSS

On dirait le désert américain, mais le ciel n’est pas bleu, il est marron.

Déplace ta souris pour visionner à 360°

 

Schéma de 1524 montrant la conception géocentrique de l'univers

 

Un peu d'histoire de Mars, la planète rouge :

Un petit condensé des principales avancées pour la compréhension de l'évolution de notre voisine... aiguail

  • - 2000 av.JC : L'existence de Mars comme objet errant dans le ciel nocturne est observée par les astronomes de l'Égypte antique.
  • - 1045 av.JC : Premières archives chinoises des apparitions et des mouvements de Mars datant d'avant la fondation de la dynastie Zhou
  • - 365 av.JC : Aristote, élève de Platon, observe une occultation de Mars par la Lune. Il en conclut que Mars doit se trouver plus loin que la Lune et note que d'autres occultations d'autres astres ont été observées par les Égyptiens et les Babyloniens
  • - 271 avant J.-C : Premières observations de Mars, citées dans l'Almageste de Ptolémée.
  • - 221 av.JC : Sous la dynastie Qin, les astronomes maintiennent un registre précis des conjonctions planétaires, incluant celles de Mars.
  • Vème siècle : Le traité d'astronomie indien Surya Siddhanta estima la taille angulaire de Mars à 2 minutes d'arc (1°/60) et sa distance par rapport à la Terre à 10 433 000 km soit 1 296 600 yojana (un yojana représentant environ 8 km dans le Surya Siddhanta). De ces mesures, ils évaluèrent le diamètre de Mars à 6 070 km (754,4 yojana) soit moins de 11% d'erreur par rapport à la valeur actuellement admise de 6 788 km. Toutefois, cette estimation était fondée sur une estimation inexacte de la taille angulaire de la planète. Le résultat fut peut-être influencé par le travail de Ptolémée qui donna à Mars une taille angulaire de 1,57 minutes d'arc. Ces deux estimations étaient significativement supérieures à celle obtenues plus tard par télescope.
  • 1511 : Publication des Tables pruténiques par l'astronome allemand Erasmus Reinhold qui utilise le modèle de Copernic pour calculer les positions des corps du Système solaire.
  • 1534 : La carte stellaire de Sénènmout est la plus ancienne carte stellaire fondée sur la position des planètes connues.
  • 1543 : L'astronome polonais Nicolas Copernic publie un modèle héliocentrique dans son ouvrage "Des révolutions des sphères célestes". Cette approche place la Terre en orbite autour du Soleil entre les orbites circulaires de Vénus et de Mars.
  • 13 octobre 1590 : L'astronome allemand Michael Maestlin observe une occultation de Mars par Vénus. Un de ses élèves, Johannes Kepler, devient rapidement un adepte du système copernicien. Il parvient à faire correspondre les observations de l'astronome danois Tycho Brahe, en supposant que l’orbite de Mars était elliptique et que le Soleil était situé à un des foyers. Ce modèle devint la base des lois de Kepler, décrivant les mouvements des planètes autour du Soleil et publiées en plusieurs volumes dans son ouvrage Epitome astronomia Copernicanae (Épitomé de l'astronomie copernicienne) entre 1615 et 1621.
  • 1610 : Galilée dirige les premières lunettes astronomiques sur cette planète.
  • 1645 : L'astronome polonais Johannes Hevelius parvint à observer une phase de Mars.
  • 28 novembre 1659: L'astronome hollandais Christiaan Huygens dessine une carte sur laquelle figure une région sombre aujourd'hui connue sous le nom de Syrtis Major Planum et peut-être l'une des deux calottes polaires. La même année, il réussit à mesurer la période de rotation de la planète, d'environ 24 heures.
  • 1666 : Première observation d'une des deux calottes polaires, repérée par Giovanni Domenico Cassini, lorsqu'il remarqua une tache blanche au sud de la planète, aujourd'hui connue sous le nom de Planum Australe.
  • 1666 : Cette même année, il utilise l'observation de ces marques pour déterminer une période de rotation de 24 h et 40 min, une valeur qui diffère de la valeur actuelle de seulement 3 minutes.
  • 1671 : Cassini fut devenu le premier directeur de l'observatoire de Paris.
  • 1672 - Premiers détails identifiés à la surface de la planète par Huygens. Il remarque une tache blanche floue au pôle nord.
  • 1783 - Herschel découvre la variation saisonnière des calottes polaires.
  • 1796 et 1809: l'astronome français Honoré Flaugergues remarque des obscurcissements de « couleur ocre » masquant la surface de Mars. Il s'agit de la première observation connue des tempêtes de poussières martiennes.
  • 1830 : premières cartes dressées par Beer et Maedler
  • 1832 : premières cartes dressées par Beer et Maedler
  • 1837 : premières cartes dressées par Beer et Maedler
  • 1840 : Les cartes de Beer et Maedler porte déjà l'indication de ce que l'on identifie désormais comme les principaux canaux : Nectar, Agathodémon, Hadès et Tartare
  • 1862 : La carte de Lockyer  les montre également
  • 1864 : Dawes en avait ajouté huit ou dix nouveaux
  • 1867 : l'étude spectroscopique, conduite par Huggins montre que l'atmosphère martienne est imprégnée de vapeur d'eau
  • 1870 : Les nuages jaunes de Mars sont observés, l'astronome Eugène Antoniadi suggérant qu'il s'agit de poussière ou de sable soufflé par le vent.
  • 1877 - Découverte, à l'occasion de l'opposition qui a lieu cette année-là, par Asaph Hall des deux satellites de Mars, Phobos et Deimos.

  • 1877 - Les observations de Schiaparelli le conduisent à annoncer l'existence de canaux sur la planète.

  • 1781 : Herschel interprète les variations saisonnières des calottes polaires et observe un effet des fontes de la glace. Dès ce moment on ne doutera plus qu'il y ait de l'eau sur Mars.

  • 1892 : Dans son ouvrage, La planète Mars et ses conditions d'habitabilité, Camille Flammarion écrit à propos de la ressemblance entre ces canaux martiens et les canaux artificiels construits par l'Homme. Il suggère que ces canaux furent bâtis par une espèce intelligente plus avancée que l'humanité dans le but de survivre à l'aridité de la planète rouge.

  • 1894 : L'astronome américain William W. Campbell constate que le spectre de Mars est identique au spectre de la Lune, jetant ainsi le doute sur la théorie naissante de la similitude entre l'atmosphère de Mars et celle de la Terre

  • 1905 : Contestation par l'astronome grec Eugène Antoniadi, par le célèbre naturaliste britannique Alfred Russel Wallace et par d'autres scientifiques qui sont convaincus que les canaux martiens ne sont que des illusions d'optique.

  • 1912 - Abandon de l'hypothèse des canaux martiens grâce, notamment, aux travaux  d'Antoniadi
  • 1920 - Nicholson et Pettit en abaissant les températures martiennes procurent à la météorologie de la planète de nouvelles bases. La température de Mars est mesurée entre -85 et 7 °C et l'atmosphère fut jugée trop aride, composée seulement de traces d'oxygène et d'eau.
  • 1924 : En utilisant un thermocouple fixé au télescope Hooker de 2,54 m de l'observatoire du Mont Wilson, les astronomes américains Seth Barnes Nicholson et Edison Pettit furent capables, en 1924, de mesurer l'énergie thermique rayonnée par la surface de Mars. Ils déterminèrent que la température variait de −68 °C au pôle jusqu'à °C au centre du disque (correspondant à l'équateur)
  • 1927 : L'étudiant néerlandais diplômé Cyprianus Annius van den Bosch détermine la masse de la planète Mars en analysant le mouvement des deux lunes, avec une précision de 0.2%. Ce résultat fut confirmé par le physicien Willem de Sitter en 1938.
  • 1947 : Gerard Kuiper montre que la fine atmosphère martienne contient beaucoup de dioxyde de carbone, près du double de la quantité trouvée dans l'atmosphère terrestre
  • 1948 : Le météorologiste américain Seymour Hess détermine que la formations des fins nuages martiens ne nécessite que 4 mm de précipitations et d'une pression de vapeur saturante de 0,1 kPa (1 mbar).
  • 1960 : Début de l'exploration de Mars. La première nomenclature standardisée pour les formations d'albédo martiennes est adoptée par l'Union astronomique internationale.
  • 1965 - Premières images de la surface martienne transmises par la sonde Mariner 4.
  • 1969 : L'International Planetary Patrol Program (Programme International de Patrouille Planétaire) est créé en 1969 par la NASA afin de coordonner la collecte ininterrompue d'images et d'observations des surfaces des planètes.
  • 1976 - Alunissage en douceur des sondes Viking.
  • 1983 : L'analyse de 3 types de météorites (shergottites, nakhlites et chassignites, rassemblées dans le groupe SNC) montre qu'elles étaient originaires de Mars.
  • 1990 : Le télescope spatial Hubble (en anglais Hubble Space Telescope, en abrégé HST) est un télescope spatial développé par la NASA avec une participation de l'Agence spatiale européenne qui est opérationnel depuis 1990. Son miroir de grande taille (2,4 mètres de diamètre), qui lui permet de restituer des images avec une résolution angulaire inférieure à 0,1 seconde d'arc ainsi que sa capacité à observer à l'aide d'imageurs et de spectroscopes dans l'infrarouge proche et l'ultraviolet lui permettent de surclasser pour de nombreux types d'observation les instruments au sol les plus puissants handicapés par la présence de l'atmosphère terrestre.
  • 1997 : Viking encore, et Mars Pathfinder

Carte de Mars reconstituée à partir des mesures de Mars Global Surveyor (MOLA) et des observations de Viking.


Page précédente Page suivante