23 octobre 2017
Bonne fête Jean de Capistran

Site mis à jour le
22 octobre 2017

Plan du site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vie et dinosaures 1

Mis à jour le 07 septembre 2017

velociraptor 1

Une nouvelle espèce de dinosaures officiellement identifié.

Jordan Mallon et le crâne reconstitué du Spiclypeus shipporum (collection #CMNFV 57081).

Le crâne mesure 254 cm de longueur, 122 cm de largeur et 116 cm de hauteur.

Un homme pose à côté d'un crâne articulé.

Photo Martin Lipman © Musée canadien de la nature

Ce spécimen est surnommé Judith, comme la Formation Judith River dans l'État américain du Montana, lieu de sa découverte.

Signe distinctif : la forme de ses cornes et de sa collerette. La projection latérale des cornes sourcilières est inhabituelle et la disposition des épines sur la collerette est unique en son genre : près du milieu, elles frisent vers l'avant, tandis que les autres sont tournées vers l'arrière. (Jordan Mallon, C. J. Ott, P. L. Larson, E. M. Iuliano et D. C. Evans)

Jordan Mallon, du Musée canadien de la nature à Ottawa, a effectué l'analyse scientifique requise pour confirmer cette découverte.

Le scientifique l'a baptisé "Spiclypeus shipporum", ce qui signifie « armure à pointes, bouclier à épines » en latin. C'est un dinosaure à cornes possédant une couronne d'épines triangulaire sur la tête qui a vécu il y a environ 76 millions d'années.

L'espèce est classée dans la famille des cératopsidés,comme le tricératops.

On peut déjà admirer la moitié du crâne et des parties de jambes, de hanche et de colonne vertébrale au Musée canadien de la nature, dans la collection de fossiles.

Jordan MALLON :

" Ce spécimen vient enrichir de façon spectaculaire notre collection de dinosaures à cornes qui vivaient en Amérique du Nord il y a de 85 à 66 millions d'années. Ce nouveau fossile témoigne de la diversité qui existait chez les dinosaures de la fin du crétacé dans une région qui vraisemblablement offrira encore de nouvelles découvertes".

* En fait, le squelette du Spiclypeus shipporum a été trouvé en 2005 par un physicien à la retraite, dans l’Etat du Montana. Jordan Mallon et son équipe disent avoir fait neuf autres découvertes de dinosaures dans la rivière Judith au Montana.

 

velociraptor 1

 

Une représentation de la nouvelle espèce de dinosaure Savannasaurus elliottorum, réalisée le 20 octobre 2016 par un artiste.

Savannasaurus elliottorum, ce dinosaure appartient à la famille des sauropodes.

Dans le Queensland, un Etat du nord-est australien, des paléontologues ont découvert des os fossilisés d'une espèce de dinosaure géant inconnue jusqu'à présent. Un herbivore qui mesurait pas moins de 14 mètres de long. Un autre sauropode, baptisé, lui, Diamantinasaurus matildae, avait été publiée le jeudi 20 octobre 2016 dans la revue Scientific Reports. L'équipe de paléontologues à l'origine de la publication a surnommé les deux spécimens Wade et Matilda. Ces deux espèces ne semblent avoir existé qu'en Australie.

Baptisé Savannasaurus elliottorum,en 2016, en l'honneur de David Elliot qui a découvert les premiers fragments d'os, en 2005, (paléontologue australien co-fondateur du Musée australien de l'âge des dinosaures et co-auteur de l'étude). Plus de dix années furent nécessaires pour nettoyer les os des inscrustations de roche sédimentaire et reconstituer le squelette.

 

velociraptor 1

 

Après la découverte de l'Argentinosaurus (près de 40 tonnes et mesurer environ 40 mètres de longueur pour une hauteur de 20 mètres), nne équipe de paléontologues américains a découvert dans le sud de la Pantagonie un dinosaure gigantesque qui vivait il y a 77 millions d'années. Baptisé "Dreadnought" (qui n'a peur de rien), l'animal mesurait 26 mètres de long et pesait 70 tonnes avec une queue de 9 mètres... Peu de chance qu'il ait eu des prédateurs...

 

velociraptor 1

 

Fossiles de vie microbienne

Stromatolite découvert au Groenland par des scientifiques australiens qui attesterait de la présence de vie microbienne il y a 3,7 milliards d\'année. 

Stromatolite qui attesterait de la présence de vie microbienne il y a 3,7 milliards d'années.  (ALLEN NUTMAN/AP/SIPA / AP)

C'est désormais la plus ancienne trace de vie terrestre qu'aurait détectée une équipe de géologues australiens, a titré la revue Nature le 31 août 2016, après la découverte de fossiles au Groenland enfermant des traces d'activité microbienne.

Pour Allen Nutman, chercheur et decouvreur :" Cela indique qu'il y a 3,7 milliards d'années, la Terre n'était plus une sorte d'enfer""C'était au contraire un endroit où la vie pouvait prospérer." Cette découverte date à environ 220 millions d'années l'apparition de la vie sur notre globe.

Les traces fossilisées d'une longueur de un à quatre centimètres étaient piégées dans des roches à Isua, au sud-ouest du Groenland. Elles démontrent la présence de formes de vie sur Terre il y a 3,7 milliards d'années alors que les scientifiques dataient cette naissance à 3,48 milliards d'années.

RAPPEL : Notre planète s'est formée il y a environ 4,6 milliards d'années. Stromatolithes :  amas bactériens.

 

Le mystère du monstre de Tully ?

Merci à Yale University

1958 : Un collectionneur de fossiles, Francis Tully, révèle l'existence d'un animal étrange. Après diverses analyses les chercheurs l'avaient classé dans l'embranchement des mollusques. Le monstre de Tully (Tullimonstrum Gregarium gregarium) vivait il y a 307 à 309 millions d’années. On le trouve uniquement dans la formation de Mazon Creek, dans le comté de Grundy, en Illinois. Cette zone est d'ailleurs connue pour abriter de nombreux fossiles d’animaux à corps mous.Après des décennies de questionnement centré sur les attributs des mollusques, des arthropodes et des annélides, deux études récentes, mais contradictoires, ont conclu que le "monstre Tully" était un parent des lamproies, soit un vertébré.

Crédit : Sean McMahon/Yale University

Une équipe de l'Université de Yale, dirigée par La paléobiologiste Victoria McCoy et son équipe ont ensuite affirmé que la ligne de lumière qui courait tout le long du milieu de la créature n'était pas un intestin, mais une tige de squelette. C'est en fait une notochorde, une colonne vertébrale primitive

D'autres chercheurs pensent que le monstre de Tully fait partie des chordés, disparate et vaste groupe de vertébrés qui comprend les poissons, les amphibiens, les reptiles, les oiseaux et les mammifères.

Reconstruction du monstre de Tully.

Monstre de Tully. Sean McMahon / Yale University)

Sa première description scientifique remonte à 1966 mais sa position phylogénique est toujours restée floue. Morphologiquement il tout d'abord  été assimilé à un ver, puis à un mollusque, à un arthropode et même à un conodonte. "Fondamentalement, personne ne savait ce que c’était", avouee une équipe de l’Université de Yale qui a analysé et réexaminé près de 1200 fossiles au rayons X, synchrotron et reconstruction 3D.

L'animal mesure entre 10 et 30 cm de long avec un corps segmenté, surmonté d’une paire d’yeux, et prolongé par un appendice au bout duquel se trouve une bouche munie de plusieurs dents. Des branchies développées démontre que c'est  un poisson proche des agnathes, un groupe qui comprend la lamproie, des poissons sans mâchoires et cartilagineux. Ses yeux et ses dents indiquent qu’il s’agissait d’un prédateur.

NOTE :Il y a quelques mois des chercheurs déclaraient ce mystère vieux de plusieurs décennies résolu. La première étude publiée en 2016 avait examiné près de 1 200 fossiles du Monstre, la plupart découverts à Mazon Creek dans le centre de l’Illinois. Les chercheurs avaient conclu qu’ils considéraient la bande au milieu de la créature comme une notocorde, une sorte de colonne vertébrale primitive commune aux Chordés. Ils avaient également prétendu que l’animal possédait des structures d’organes internes telles que des sacs à branchie et que les dents de l’animal ressemblaient à celles d’une lamproie. Mais Lauren Sallan et ses collègues estiment que ces conclusions se basent sur une incompréhension de la préservation des fossiles dans Mazon Creek qui gisait sous l’océan il y a 300 millions d’années. Or, en milieu marin, il est très peu probable que des structures internes aient pu se fossiliser.

La seconde étude rapportait il y a quelques mois des analyses faites par microscopie électronique. Les yeux du Monstre de Tully révélaient alors des structures connues comme des mélanosomes qui produisent et stockent de la mélanine. Le papier de 2016 arguait que la structure complexe des tissus dans les yeux de l’animal indiquait que c’était un vertébré. Mais les chercheurs de l’université de Pennsylvanie arguent que d’autres espèces en dehors des vertébrés (comme les arthropodes et les céphalopodes) possèdent également des yeux « complexes ».

Selon la paléobiologiste Lauren Sallan, de l’Université de Pennsylvanie aux États-Unis, ces conclusions sont donc erronées.

Affaire à suivre, le mystère s'épaissit !

Source : sciencesetavenir.fr, sciencepost.fr

 

Illustration artistique d’un nodosaure / Crédits : Robert Clark/ National Geographic

- 2011 :  Mine Millennium d’Alberta : Alors qu'il creuse avec sa rétrocaveuse mécanique, Shawn Funk rencontre un obstacle  " quelque chose de beaucoup plus dur que la roche environnante". En regardant attentivement il remarque comme un gros minéral de source inconnue qu'il décrit comme " des rangées après rangées de disques de couleur marron sableux avec des anneaux de pierres grises et argentées".

Shawn Funk vient de découvrir un fossile de dinosaure appartenant au Crétacé, un nodosaure pesant plus d’une tonne. Rapidement désincrusté le fossile est transféré au musée d'Alberta pour examen.

" Je n’en croyais pas mes yeux ! C’était un dinosaure ! ", a déclaré Donald Henderson, le conservateur au musée " Et lourdement blindé !", a-t-il ajouté.

C'est comme un gigantesque priodonte, un tatoo mais beaucoup plus haut sur patte et dont le museau est plus court, arborant des piques robustes et épaisses d’environ cinquante centimètres situées sur ses flancs, pour sa protection.

Il mesurait plus de 5 mètres et pesait environ 1360 kilogrammes.

 

 

 

Avis clients de aiguail71poet.com


Page précédente Page suivante