23 octobre 2017
Bonne fête Jean de Capistran

Site mis à jour le
22 octobre 2017

Plan du site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Droits de l'Homme

Exterminations

Mis à jour le 27 avril 2016

C'est ça l'homme ?

 

GÉNOCIDE : Extermination, physique, intentionnelle, systématique et programmée d'un groupe ethnique, national, religieux ou racial. C'est un cas extrême de crime contre l'humanité.

Définition extraite de l'article 6 du Statut de Rome, qui est l'acte fondateur de la Cour pénale internationale (CPI).

Pour les historiens, un génocide est la volonté d'exterminer la totalité d'un groupe d'individus, sans préciser ce qu'est ce groupe.

La Charte de l'ONU et l'article 8 de la convention de Genève obligent la communauté internationale à intervenir pour « prévenir ou arrêter des actes de génocide ».

L'article 6 du statut de la Cour pénale internationale précise que le génocide se définit ainsi :

STATUT DE ROME DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE
Chapitres 1-3, Articles 1-33

Article 6 : CRIME DE GÉNOCIDE

  Aux fins du présent Statut, on entend par crime de génocide l'un des actes ci-après commis dans l'intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :

  a) Meurtre de membres du groupe;

  b) Atteinte grave à l'intégrité physique ou mentale de membres du groupe;

  c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d'existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle;

  d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe;

  e) Transfert forcé d'enfants du groupe à un autre groupe.

 

Elle précise qu'il s'agit d'un crime se distinguant par l'intention d'extermination totale d'une population et sa mise en œuvre systématique.

Le terme "génocide", créé par le juriste américain d'origine polonaise Raphaël Lemkin en 1944, apparaît pour la première fois en octobre 1945 lors de la rédaction de l'acte d'accusation du Tribunal militaire international de Nuremberg.

Massacres de ce type dans l'histoire du Monde :

  • Massacre de millions de Chinois par les Mongols au XIIIè siècle, estimé entre dix et quarante millions (dix-huit selon Kubilai Khan).
  • Déportation des Acadiens en 1755 : Les Anglais, sous les ordres du gouverneur Charles Lawrence, dépouillent de leurs terres les indigènes et des familles entières sont déportées dans des colonies anglaises, en Angleterre ou en France.
  • La Tasmanie, ou les populations locales sont totalement éliminées. Cet acte sera qualifié de "génocide le plus parfait de l'histoire".
  • Extermination des Beotuks à Terre-Neuve par les Anglais. Terre-Neuve est désormais une province du Canada.
  • La population des Aborigènes d'Australie est estimée à 350 000 individus avant la colonisation des Européens. Cette immigration apportent les maladies infectieuses qui vont décimer les habitants et les migrations forcées, à l'instar des Amérindiens.
  • Entre 1922 et 1984, au Canada, les enfants des aborigènes fréquentes "obligatoirement" des Écoles Résidentielles Indiennes. L'église catholique ou protestante dirige cette contrainte dans des conditions d'insalubrité, de violences, d'expérimentations médicales inhumaines qui déciment les enfants (mortalité de 50 %), soit entre 50 000 et 100 000 décès d'enfants en quelques décennies.
  • En 1763, le gouverneur Jeffrey Amherst fait distribuer aux Indiens Delaware des couvertures infectées de petite vérole (Variole).
  • Aux États-Unis, les populations autochtones disparaissent entièrement suite à l'invasion des immigrants.
  • En Afrique du Sud, les premiers camps de concentration sont expérimentés pendant la guerre des Boers. Des centaines d'Afrikaanders, femmes et enfants, sont victimes des conditions de vie.
  • De 1942 à 1945, 10 millions de civils chinois sont enrôlés de force par l'armée japonaise pour effectuer des travaux forcés en Manchourie, sous la supervision de la Kôa-in : 2,7 millions trouveront la mort lors de l'opération sankô sakusen menée par le général Yasuji Okamura.
  • Le génocide des Arméniens commis par l' Empire Ottoman en 1915. « La qualification de “génocide” sera reconnue dans une résolution de la sous-commission des Droits de l'Homme de l'ONU en août 1985 puis dans une résolution du Parlement européen le 18 juin 1987.
  • Génocide des Juifs et des Tsiganes par les nazis en Allemagne, en Pologne et en France, reconnu par la cour de Nuremberg créée par le Royaume-Uni, la France, l' URSS et les États-Unis en 1945, en même temps que la création de l'ONU.
  • Au Rwanda, génocide des Tutsis par les milices hutues extrémistes créées par le régime Habyarimana. Reconnu par l'ONU, dans le rapport de sa Commission des Droits de l'Homme le 28 juin 1994, puis lors de la création du Tribunal pénal international pour le Rwanda (Résolution 955, adoptée par le Conseil de sécurité le 8 novembre 1994. Cette résolution confirme la résolution 935 de la même année).
  • Massacre de 7000 à 8000 musulmans de Bosnie-Herzégovine par les Serbes en 1995 à Srebrenica. Le 2 août 2001, le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), qualifie de génocide cette extermination, (décision confirmée lors du passage en appel de la même affaire le 19 avril 2004).
  • La traite des noirs (de 60 à 600 millions de victimes, selon certains historiens) la plus importante déportation de l'histoire de l'humanité, même si le caractère de génocide est contesté au regard des critères juridiques de cette qualification car, selon eux, le but de ce déracinement n'était pas, loin de là, l'extermination. La reconnaissance par l'ONU de la qualification génocidaire est demandée par la plupart des pays africains, ainsi que par de nombreuses organisations.
  • Massacre des Kurdes par le dictateur Saddam Hussein entre 1960 et 2003, soit disant simplement pour "mater" une révolte et non dans le but d'une extermination. En décembre 2005, une cour de La Haye soulignera le caractère génocidaire des faits.
  • Extermination des Hereros (Namibie) par les Allemands en 1904.
  • Massacres du Kampuchéa démocratique (Cambodge) : entre 1975 et 1979 Pol Pot et les Khmers rouges ordonnent le massacre de leur propre peuple. Pol POT ne cache pas qu'il veut tout "bonnement"  "une uniformisation" ethnique, religieux et idéologique et 1,7 million de Cambodgiens sont tués pour ce faire. Le génocide n'est pas "encore" officiellement reconnu par l'ONU.

Résultat de recherche d'images pour

  • Massacre et déportation des Azéris au Haut-Karabagh, perpétré par le gouvernement Arménien. Allusion à des violations du droit humanitaire international mais l'existence d'un génocide n'est donc pas envisagée.
  • Massacres des populations noires du Darfour au Soudan. Le 23 février 2005 le Conseil de sécurité de l'ONU déclare : « “Le Gouvernement soudanais n'a pas été à même de mettre fin aux attaques des milices contre les civils ni de les désarmer”.
  • Première guerre du Congo et Deuxième guerre du Congo : 3 millions d'individus affamés et massacrés depuis 1997.
  • De 1959 à 1962 en Chine : 30 millions de personnes sont affamées par Mao.
  • Famine ukrainienne ou Holodomor : 7 millions d'Ukrainiens sont affamés par Joseph Staline.
  • Massacre du Guatemala : plus de 100 000 Indiens mayas sont massacrés par l'armée nationale guatémaltèque.
  • Massacres perpétrés au Tibet par les autorités chinoises : la Commission internationale des juristes a qualifié dans un rapport de 1959 les massacres perpétrés de génocide. Le bilan est lourd, l'invasion chinoise a causé 1,2 million de victimes depuis 1950. L'implication de sept anciens dirigeants chinois, entre autres l'ancien président Jiang Zemin et l'ancien Premier ministre Li Peng, dans un génocide au Tibet.

 

 

Afficher l'image d'origine

Source : PopulationData et Wikipedia

 

Des populations entières ont disparu faute à de grandes catastrophes naturelles, aux conflits, guerres de colonisation, épidémies. Parfois c'est plus étrange ou plus catégorique. Les historiens comme les gouvernements mentent souvent à ce sujet car comment expliquer qu'il faut détruire les uns pour que les autres prospérent, mais c'est un autre débat... Une société prospère et croissante ne disparaît de la carte sans raison. Des  civilisations dont l'architecture, le langage, les arts et la culture brillent de leur savoir ne se volatilisent pas d'un tour de passe-passe !

 

9

 

Page précédente Page suivante